ActuBurkina
A la une Société

MARCEL TANKOUANO, PRESIDENT DU M 21 A PROPOS DES CENT JOURS DE ROCH AU POUVOIR : « Assez bien, mais doit faire mieux »

 

Le Mouvement 21 (M21) était face à la presse le 29 avril 2016. Animée par Marcel Tankouano, cette conférence de presse a porté entre autres sur l’annulation des mandats d’arrêt contre l’ancien président burkinabè Blaise Compaoré et président de l’Assemblée nationale de Côte D’Ivoire, Guillaume Soro, les cent jours de Roch au pouvoir, les élections municipales prochaines.

« Qu’on explique au peuple l’annulation des mandats d’arrêt contre Guillaume Soro et Blaise Compaoré ». C’est ce que réclame Marcel Tankouano, le président du M21. Selon lui, certains affirment que les coups de fil entre Guillaume Soro et Diendéré  n’ont pas été authentifiés. Qu’à cela ne tienne, le procureur général devrait, à son avis, donner une explication claire au peuple, qui s’est sacrifié et honorer la mémoire de ceux qui sont tombés sous les balles assassines des putschistes du coup d’Etat manqué. Pour lui, la libération des détenus incarcérés sous la Transition est une trahison du peuple par l’Etat. A l’entendre, les cent premiers jours de Roch Marc Christian Kaboré ont été «Assez bien, mais il doit faire mieux ».Selon lui, la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de 0 à 5 ans était une bonne initiative. Mais, a-t-il poursuivi, l’application n’est t pas sur toute l’étendue du territoire ; cette gratuité  évolue d’une région à une autre présentement. Si un enfant est malade dans une région où la gratuité des soins n’est pas encore entrée en vigueur, que fait-on,  s’est interrogé président du M 21. Du reste, le gouvernement a promis des emplois pour les jeunes, chose faite. En ce qui concerne les élections municipales prochaines, à en croire Marcel Tankouano, le M21 souhaite que ces élections soient crédibles, transparentes, apaisées au profit du peuple burkinabé. En rappel, selon Marcel Tankouano, le M21 a été créé 21 avril 2013 pour lutter contre le sénat et le référendum que le régime Compaoré voulait mettre en place au Burkina Faso.

Salimata OUEDRAOGO (Stagiaire)

Articles similaires

COTE D’IVOIRE : « Sam l’Africain » écope de six mois de prison ferme

ActuBurkina

BOURSES DE TAIWAN 2016

ActuBurkina

BOUAKE : mouvements d’humeur d’ex-combattants, des commissariats attaqués  

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR