ActuBurkina
A la une Edito

MANIF DE L’OPPOSITION EN RDC : Kabila sortira t-il de son autisme ?

A Kinshasa en République démocratique du Congo, le jeudi 26 mai était placé sous le signe de la mobilisation de l’opposition. Des manifestations ont eu lieu pour dénoncer l’arrêt de la Cour constitutionnelle, qui permet au président Joseph Kabila de rester au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel. Le camp du pouvoir avait aussi prévu de manifester.  Mais finalement, sur  demande du gouvernement provincial, il a décidé d’ajourner sa marche. Une décision à saluer quand on sait le risque que cette contre-marche pouvait occasionner en termes de casses et de mort d’hommes. Cela dit, la marche de l’opposition avait bien démarré. Et patatras ! L’ambiance s’est ensuite détériorée  puisque la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Bilan : plusieurs blessés et deux mort. Tout cela, parce qu’un seul homme a pris son pays en otage avec pour seul objectif de ne pas céder le pouvoir. Bien sûr, il trouvera des Congolais pour l’accompagner dans sa bêtise. Car, comme on le sait, à la table du seigneur, ne manquent jamais des convives. Mais ce n’est pas parce que l’on bénéficie du soutien de gens guidés par les intérêts du ventre et autres courtisans, que l’on est forcément du bon côté de l’Histoire. D’ailleurs, combien sont-ils  les Raspoutine qui    arpentent les couloirs des palais présidentiels africains?

L’opposition doit continuer à maintenir la pression sur le pouvoir congolais

En tout cas, si Joseph  Kabila tirait  leçon de ce qui s’est passé ailleurs, il prendrait une décision sage. En effet, sous d’autres cieux, certains ont  rempli des stades « recto-verso », mais  lorsque les événements  ont pris une autre tournure, ces derniers n’ont pas hésité à retourner leur veste.  En règle générale, lorsqu’un  régime  organise une contre-marche c’est qu’il n’y a pas la sérénité dans ses rangs. Kabila sait-il  qu’il fonce droit dans le mur ? en tout cas, il n’est pas encore tard pour lui, de se ressaisir. Quand à l’opposition, elle doit continuer à maintenir la pression sur le pouvoir congolais. Pour ce faire, elle doit inscrire ses actions  dans la durée parce que les dictateurs  de la trempe de Kabila, ne renoncent pas aussi facilement à leurs desseins pouvoiristes. Aucun sacrifice n’est de trop pour prendre son destin en main. Quid de l’Union africaine (UA) ? Elle  est interpellée. Elle doit donner de la voix, en s’inspirant de l’exemple du  Haut-Commissariat de l’Organisation des Nations unies (ONU)  aux droits de l’Homme  qui, dans une récente sortie,  a mis en garde Kabila, en lui demandant de garantir à chaque Congolais le droit de manifester librement et pacifiquement.

Issa SIGUIRE

Articles similaires

RCK contre AS Vita Club de Kinshasa : Sous l’effet de l’émotion, un supporter perd la vie

ActuBurkina

RECONCILIATION NATIONALE : le MPCRN sollicite l’appui  de Christophe Dabiré

ActuBurkina

Assemblée nationale : le projet de loi portant régime juridique applicable  aux drones civils au Burkina,  adopté

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR