ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Mali: Guterres veut au plus vite le retour des civils au pouvoir

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres presse la junte au pouvoir au Mali « d’accélérer » le rythme pour rendre le pouvoir à des civils élus début 2024 comme elle s’y est engagée, dans un rapport destiné au Conseil de sécurité.

Dans ce rapport consulté par l’AFP mardi à la veille d’une réunion du Conseil, M. Guterres s’inquiète aussi de la persistance des violences et de leur impact sur les populations, et de « l’impasse » dans laquelle se trouve un important accord de paix entre l’Etat malien et des groupes armés du nord.

Le Mali est en proie à la propagation jihadiste et aux violences de toutes sortes depuis le déclenchement d’insurrections dans le nord en 2012. La violence s’est étendue au centre du pays et au Burkina Faso et au Niger voisins. Elle progresse vers le sud. Une mission de stabilisation de l’ONU, la Minusma, est déployée au Mali depuis 2013, avec environ 13.800 soldats et policiers à ce jour.

La tourmente sécuritaire va de pair avec une profonde crise humanitaire et politique. Le Mali a été le théâtre de deux putschs depuis 2020 et est dirigé par une junte. Celle-ci s’est engagée sous la pression internationale à céder la place d’ici à mars 2024. Dans son rapport trimestriel, M. Guterres relève les « progrès » accomplis sur cette voie, comme la rédaction d’un projet de Constitution et la création d’une autorité de gestion des élections.

Mais, ajoute-t-il, « du retard a été pris dans l’exécution de certaines activités essentielles ». « À moins d’un an de la fin prévue de la transition, il incombe aux autorités maliennes de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour accélérer ce processus de sorte que l’ordre constitutionnel soit rétabli dans les délais convenus », dit-il. La junte vient d’annoncer le report sine die d’un référendum sur la Constitution.

M. Guterres exprime sa préoccupation devant « l’impasse » ou la « paralysie persistante » où se trouve l’application de l’accord de 2015 dit d’Alger. La mise en oeuvre de cet accord entre les groupes armés du nord et l’Etat est jugé primordiale pour la stabilisation du pays. Or les signataires, notamment les groupes touareg, sont à couteaux tirés avec la junte. M. Guterres parle de « climat de méfiance profonde ».

« Il est essentiel que les parties surmontent de toute urgence l’impasse actuelle compte tenu des conditions de sécurité qui règnent, en particulier dans le nord-est du Mali, où les groupes terroristes s’en prennent inlassablement aux civils, et de toutes les conséquences humanitaires liées à cette situation », dit-il.

Source: VOA

Articles similaires

COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS DE VIET VO DAO :Les Etalons voshings affûtent leurs armes pour l’expédition du Maroc

ActuBurkina

ONU : Robert Mugabe se moque de Donald Trump en le comparant à Goliath

ActuBurkina

ELECTION MUNICIPALES DE 2021 : la HAWRE demande le report 

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR