ActuBurkina
A la une Société

Lutte contre les MGF : Le Premier ministre appelle à la mobilisation des ressources financières

La 18e Journée internationale « Tolérance zéro aux Mutilations Génitales Féminines » (MGF) a été commémorée ce jeudi 25 mars 2021 en différé, à Ouagadougou, sous le thème « Le temps de l’inaction mondiale est révolu. Unissons-nous, finançons et agissons pour mettre fin aux Mutilations Génitales Féminines ». Cette rencontre a été présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, qui représentait le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. A l’occasion, le Chef du Gouvernement a invité les différents acteurs à renforcer la lutte contre le phénomène, en s’investissant surtout, dans la mobilisation de ressources financières.

Instituée depuis le 20 décembre 2012 par l’Organisation des Nations Unies pour être commémorée chaque 6 février, la « Journée internationale tolérance zéro aux MGF » s’est tenue ce 25 mars 2021 en différée dans notre pays, pour contrainte de calendrier. La cérémonie a réuni dans la salle des banquets de Ouaga 2000, tous les acteurs concernés par la lutte contre ce phénomène : autorités administratives, coutumières et religieuses, associations, partenaires techniques et financiers, victimes.

Le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré, représentait à cette rencontre le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Il a salué les acteurs de “ce combat noble, pour le respect des droits de la femme et de la jeune fille“. Selon lui, la mise en œuvre de nombreuses actions par le Burkina Faso, a permis d’engranger d’énormes acquis qui laissent espérer à la victoire certaine contre ce fléau.

Cependant, a-t-il souligné, ces acquis ne doivent pas nous faire perdre de vue que des défis considérables restent à relever. Christophe Dabiré a ainsi interpellé l’ensemble des acteurs, sur la nécessité de renforcer davantage les actions, et d‘intensifier la mobilisation des ressources financières nécessaires, dans la perspective de l’atteinte de l‘objectif commun de la tolérance zéro aux MGF d’ici à 2030.

La ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire, Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marchal, s’est réjoui pour sa part, que les efforts du Burkina Faso soient reconnus au plan international, à travers la désignation du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré,  par ses pairs, en qualité de champion de l’Union Africaine pour la lutte contre les MGF.

Elle a révélé que les actions qui ont permis à notre pays, d’engranger des résultats fort appréciables dans le combat contre les MGF. Il s’agit notamment de l’engagement et la volonté politique du Gouvernement dans la lutte contre les MGF avec la création depuis 1990, du Conseil national de lutte contre la pratique de l’excision (CNLPE) ; de la mise en place d’une ligne budgétaire pour la lutte contre la pratique de l’excision ; de l’engagement des leaders politiques, coutumiers et religieux comme ambassadeurs pour la lutte ; de l’adoption et l’application effective d’une loi qui réprime les MGF ; de l’engagement public de 3 800 villages à abandonner les MGF et de la prise en charge médicale et psychosociale de près de 5 000 filles et femmes, dans les centres de santé publics et privés, de 2003 à 2020.

La représentante de l’UNICEF dans notre pays, Sandra Lattouf, qui s’est exprimée au nom des partenaires techniques et financiers (PTF), a indiqué que grâce au travail accompli par le Gouvernement, les autorités religieuses et coutumières, les communautés, avec l’appui des PTF, l’excision n’est plus un sujet tabou au Burkina Faso.

De son avis, la prévalence de l’excision chez les filles de moins de 15 ans dans notre pays, est passée de 23% en 2003, à 11% en 2015. Elle a dit cependant craindre une résurgence des MGF au niveau national, avec la crise humanitaire actuelle qui affecte le pays, et qui provoque le mélange des pratiques sociales entre les communautés déplacées et hôtes. Sandra Lattouf a enfin réitéré l’engagement des PTF à redoubler d’efforts, afin d’atteindre à l’horizon 2030, l’objectif d’élimination des MGF.

Il faut rappeler que la commémoration de la 18e Journée internationale « Tolérance zéro aux Mutilations Génitales Féminines » a été également marquée par des témoignages de victimes d’excision, la projection d’un film documentaire sur ce phénomène, et la remise de certificats à quatre PTF, pour leur contribution dans la lutte contre le fléau.

DCRP/Primature

Articles similaires

Burkina : 50 Ambassadeurs en croisade contre le gaspillage d’eau et d’énergie

ActuBurkina

COLOMBIE : un avion s’écrase avec une équipe de foot brésilienne à son bord

ActuBurkina

AN 4 DE L’INSURRECTION POPULAIRE: une marche-meeting prévue le 31 octobre par des OSC

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR