ActuBurkina
A la une Société

Lutte contre le terrorisme au Burkina : une seconde opération « Otapouanu » réclamée par des ressortissants de la Kompienga

La coalition des ressortissants de la province de la Kompienga a animé une conférence de presse ce 13 mars 2022 à Ouagadougou. Il était question d’interpeller les autorités sur les attaques terroristes récurrentes que subit la localité. La coalition réclame une seconde opération « Otapouanu ».

Les membres de la coalition demandent donc aux autorités d’agir avant qu’il ne soit trop tard. Ils demandent une seconde opération « OTAPOUANU » ponctuelle et durable afin de nettoyer et purifier la zone pour qu’elle retrouve sa quiétude d’antan. En effet selon Bassirou Badjo, porte-parole de la coalition des ressortissants de la province de la Kompienga depuis quelques semaines, l’étau se resserre sur la ville de Pama du fait du blocus des hommes armés terroristes.

A en croire les responsables de la coalition, la province de la Kompienga, s’amenuise, s’étiole, et risque de disparaître de la carte du Burkina Faso, si rien n’est fait dans les jours avenir. Jadis réputée pour ses immenses potentialités agro-sylvo-pastorale, cynégétique, halieutique et ayant le plus grand barrage hydro-électrique du pays, la province de Kompienga, située à 105km de la ville de Fada, capitale de la région de l’Est, est aujourd’hui « un sanctuaire des terroristes ».

L’administration publique a déguerpi de la province, laissant le libre champ aux terroristes qui imposent leur diktat.

Quant à l’éducation, elle est morte depuis longtemps dans la province, les élèves sont livrés malgré eux au vagabondage risquant du coup de gonfler le rang des terroristes.

A cela il faut ajouter, toujours selon la coalition, l’interruption de tous les réseaux de téléphonie mobile et le sabotage des poteaux électriques, plongeant de ce fait les populations dans une obscurité totale et dans une grande anxiété. « Il est désormais, impossible de joindre au téléphone, un parent sur place.  C’est seulement à travers le réseau Togocel que quelques rares personnes peuvent contacter leurs connaissances », a laissé entendre Bassirou Badjo en relevant avec insistance qu’il est difficile d’avoir de l’eau courante car l’ONEA n’est plus fonctionnelle et la nourriture n’est plus à la portée de la population.

La coalition demande également le recrutement de volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) qui seront formés et armés pour assurer une auto-défense pérenne tout en travaillant en synergie avec l’ensemble des forces de défense et de sécurité.

Enfin une chaîne de solidarité a été mise en place par les ressortissants de la province de la Kompienga en vue de venir en aide à leurs parents en difficulté. Ils invitent toutes les bonnes volontés à faire un geste pour sauver des vies humaines en péril.

Anita KABA (Stagiaire)

 

 

Articles similaires

DEMANDE D’EXTRADITION DE FRANÇOIS COMPAORE: «Le président français serait bien inspiré de … », selon le MBDHP

ActuBurkina

LIBERIA: un incendie tue 26 élèves dans une école coranique

ActuBurkina

OUSMANE GUIRO CONDAMNE A DEUX ANS DE PRISON FERME

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR