ActuBurkina
A la une Société

Lutte contre la drogue : 33,26 tonnes de drogues incinérées à Ouaga

Le monde entier célèbre, ce 26 juin, la 36e journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues. Au Burkina, elle est célébrée sous le thème : « défis de la lutte contre la drogue dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire ». Plusieurs activités étaient au menu de cette célébration dont une conférence de presse, à laquelle ont pris part le ministre délégué en charge de la sécurité, Mahamadou Sana, et le secrétaire permanent du Comité national de lutte contre la drogue (CNLD), le contrôleur général de police Emmanuel Kaboré. A l’issue de la conférence de presse, les officiels ont procédé à l’incinération de 33,26 tonnes de drogues saisies.

33,26 tonnes de drogues dont 1085 kg de cannabis, 20 g d’héroïne, 1000 kg d’alcool frelaté, 160 kg de produits chichas et autres produits prohibés, ont été incinérées ce 26 juin, à Ouagadougou, à la faveur de la célébration de la Journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues. Selon le ministre délégué en chargé de la sécurité, Mahamadou Sana, à travers le thème, le CNLD veut mettre en relief l’impact de la crise actuelle sur la lutte contre la drogue et appeler l’ensemble des acteurs à plus de prise de conscience et de changement de paradigme afin de faire face aux nouveaux défis. De l’avis du ministre délégué, plusieurs actions ont permis d’engranger des résultats en 2022.

 

Le ministre délégué en charge de la sécurité, Mahamadou Sana (au milieu) a détaillé les résultats engrangés en 2022

 

« Au fil des années, les multiples actions entreprises par les différents acteurs de la lutte contre la drogue ont permis d’engranger des résultats forts appréciables dans les quatre domaines de la lutte que sont la prévention, la répression, le traitement et la réinsertion sociale », a indiqué le ministre.  Ainsi, les résultats enregistrés en 2022 montrent que 25 000 personnes ont été touchées lors des campagnes de sensibilisation, 240,985 tonnes de drogue saisies, 279 personnes interpellées et déférées devant les parquets, 3060 personnes prises en charge et 782 personnes prises en charge par deux structures. En effet, la drogue, au-delà d’être un phénomène d’atteinte à la santé publique, sert au financement du terrorisme. « La drogue fait partie d’une des sources principales du financement du terrorisme », a déclaré le ministre Sana.  « Nous savons que le Burkina est surtout un pays de transit. Les gens apportent la drogue.

 

Une vue de la drogue saisie et sur le point d’être incinérée

 

Certaines sont consommées mais la plupart va ailleurs. Et nous pensons qu’il faut qu’on trouve des solutions avec les acteurs », a estimé le secrétaire permanent du Comité national de lutte contre la drogue (SP/CNLD), Emmanuel Kaboré selon qui la quantité de drogue saisie passe du simple au double, entre 2021 et 2022. « En 2021, la quantité de drogue saisie était de 122 tonnes. En 2022, elle est passée à 240 tonnes. Même la quantité de drogue incinérée était de 16 tonnes en 2021 contre 33, 26 en 2022 », a mentionné le SP/CNLD. Toute chose qui montre que le fléau est en hausse dans le pays.  Et les zones propices au phénomène sont les zones de Pô où on y trouve, à en croire le SP/CNLD, « des champs de production de ces drogues ». « Les zones où le défi sécuritaire est très élevé, sont les lieux où la drogue prolifère », a ajouté M. Kaboré qui a tenu à souligner que les produits prohibés rentrent le plus au Burkina.

Colette DRABO

Articles similaires

Sahel: Le journaliste français, Olivier Dubois libéré

ActuBurkina

Changement des mentalités : Des Burkinabè à l’école de l’ONG Youth Fellowship

ActuBurkina

Libye : au moins 55 morts dans un attentat suicide

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR