ActuBurkina
A la une Société

LITTERATURE : « La Loi burkinabè et les unions », un livre qui met en lumière les implications des unions au Burkina

« La Loi burkinabè et les unions » est un livre écrit par les auteurs Kathia Nassouri et Moustapha Zèba. Il a été remis officiellement ce 19 février 2021 à maître Noelie Yaro, notaire à Ouagadougou, l’une des personnes ressource ayant contribué à ce que le projet d’écriture du livre devienne une réalité.

De plus en plus les sociétés traversent des crises conjugales accélérées aboutissant ainsi à toute sorte de résultat. Dans cette situation, un fait retient l’opinion nationale : la pléthore de divorces. En outre l’actualité nationale est marquée par la multiplication des divorces, des ruptures et bien d’autre situations liées aux unions. C’est au regard des conséquences de chaque union que l’ouvrage « La Loi burkinabè et les unions » a été écrit dans le cadre d’un projet de sensibilisation sur les unions au Burkina. Ledit projet a pour cible tout burkinabè appelé à fonder une famille ou en état de mariage. Il a comme devise « Mieux s’informer pour mieux s’unir ».

A travers ce livre de 84 pages subdivisé en deux parties, les auteurs ont voulu mettre en exergue les implications des différentes unions, afin d’en déceler les réalités, les tenants et les aboutissants ainsi que la portée juridique de chacune d’elle. La première partie du livre traite des implications des mariages célébrées avant et après l’adoption du Code des personnes et de la famille du Burkina Faso de 1990. Et la seconde partie traite des règles applicables à la rupture de ces mariages et les conséquences découlant de celles-ci.

lire aussi: resultat plume d’or 2020

Pour maître Noelie Yaro, grande est sa satisfaction d’avoir contribuer à une œuvre d’écriture. « Ce livre qui est facile d’accès est un document que tout le monde devrait s’en procurer pour pouvoir maîtriser toutes les implications du mariage civil, religieux ou coutumier », a-t-elle affirmé. Pour rappel, le livre a connu les observations de maître Prosper Farama, avocat, maître Moussa Sawadogo, magistrat et de maître Noelie Yaro, notaire.

Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

CONFERENCE DES CHEFS D’ÉTAT DU G5 SAHEL : voici le communiqué final de la 7e session ordinaire

ActuBurkina

JEAN BERTRAND OUEDRAOGO ET JEROME BOUGOUMA, DEFERES A LA MACO

ActuBurkina

Présidentielle du 11 octobre: 16 candidats retenus

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR