ActuBurkina
A la une Edito

LUTTE CONTRE LE DJIHADISME AU NORD- MALI : L’œuvre de salubrité publique de Barkhane

 

Une quinzaine de morts dont des Casques bleus, des soldats français et des éléments de l’armée malienne ; c’est le triste bilan des dernières attaques terroristes dans le Nord du Mali. C’est la preuve que le temps de latence observé n’était pas synonyme de défaite, encore moins de capitulation de la part des mouvements djihadistes. Loin s’en faut. Les fous d’Allah n’ont pas encore dit leur dernier mot et cela, les forces françaises basées dans cette partie du Mali l’ont compris. Les interventions musclées entreprises récemment à travers le ratissage dans les régions de Gao et de Kidal, en sont une preuve. On ne peut donc que se réjouir de voir que Barkhane a ressorti l’artillerie lourde pour aller à l’assaut de l’ennemi. Reste maintenant à souhaiter que ces interventions s’inscrivent dans la durée et qu’elles s’étendent également à toutes les zones susceptibles d’être des planques de djihadistes. Pour cela, il convient de mutualiser les efforts en organisant une sorte de battue contre les terroristes.

Le combat contre le terrorisme se gagne aussi par le désarmement des esprits

Il y va de la sécurité de l’Afrique de l’Ouest tout entière. Les pays occidentaux et du Moyen- Orient l’ont déjà compris ; c’est pourquoi, dans la lutte contre le terrorisme, ils ont mis en place une coalition. Conséquence : le groupe terroriste Etat islamique (EI), quoi qu’on dise, a été affaibli par les frappes aériennes de ces forces coalisées.  C’est le lieu pour les Etats de l’Afrique de l’Ouest de s’inscrire dans la même dynamique. Déjà, au Nigeria et en Libye, les victoires enregistrées dans la lutte contre les bras armés de l’EI, donnent de l’espoir. Mais il faut aller au-delà en organisant une riposte simultanée afin de traquer les djihadistes jusque dans leurs derniers retranchements. Le manque de moyens ne saurait être une excuse pour les Etats africains menacés, à partir du moment où ce sont de nombreuses vies qui sont en danger. Les moyens de lutte ne se limitent pas seulement à la disponibilité d’armes de guerre. Cela dit, les Etats africains doivent mettre l’accent sur la coopération et se joindre le plus tôt possible à l’œuvre de salubrité publique entreprise par Barkhane dans le Nord du Mali pour écraser la vermine. Cela aura, entre autres, comme avantage de dissuader tous ceux qui aspirent à intégrer les rangs des djihadistes. Car, en plus d’être une lutte de longue haleine, le combat contre le terrorisme se gagne aussi par le désarmement des esprits.

Adama SIGUE

Articles similaires

Médiation algérienne au Niger: Alger surseoit à l’engagement des discussions préparatoires 

ActuBurkina

Fraude électorale au Burkina Faso : la CODEL réaffirme son engagement à réduire les inégalités

ActuBurkina

TAXE DE RESIDENCE : le syndicat des agents des Impôts juge « illégales les coupures à la source »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR