ActuBurkina
A la une Politique

LOI SUR LE QUOTA GENRE : des versions audio disponibles en 4 langues

Le cadre de concertation des organisations intervenant sur le genre et la participation citoyenne des femmes au Burkina Faso a animé un point de presse ce 13 août 2020, à Ouagadougou. Il était question d’informer l’opinion de la disponibilité des versions audio de la loi N° 003-2020/AN portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidates et candidats aux élections législatives et municipales au Burkina Faso.

Faire en sorte que les acquis issus du dialogue politique de juillet dernier, en tenant compte des intérêts des femmes et des hommes, soient respectés. C’est tout le combat que mène le cadre de concertation des organisations intervenant sur le genre. Face aux  hommes de médias, la coordonnatrice Martine Yabré et ses camarades ont évoqué  la nécessité et l’urgence de la mise en œuvre de l’avant-projet de loi avec la sanction dite positive. Selon Martine Yabré, le maintien de cet avant-projet de loi avait été accompagné d’un point de consensus autour du soutien aux femmes engagées en politique. « Les partis, formations politiques et regroupements d’indépendants ont besoin de listes gagnantes, certes, nous pensons que si une femme peut faire gagner une liste, il n’y pas de raisons qu’elle ne soit pas positionnée », a-t-elle indiqué. Afin de permettre une large diffusion de ladite loi, le cadre a organisé une cérémonie officielle de remise des versions audio aux acteurs clés du processus. Ces versions seraient désormais disponibles dans 4 langues locales notamment le dioula, le fulfuldé, le gulmatchema et le mooré.  Elle a en outre interpelé le Président du Faso ainsi que toutes les parties prenantes au dialogue politique, à  respecter scrupuleusement et sans sélection partisane, tous les acquis dudit dialogue. A en croire la coordonnatrice, le cadre ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour elle, d’autres actions seront entreprises afin de susciter une amélioration de la cause de la femme en politique. Aussi, le cadre entend veiller à ce que les conclusions issues du dialogue politique prenant le genre et qui ont fait l’objet de consensus, soient mises en œuvre au sein des partis et regroupements politiques. « Nous interpellons tous les leaders politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition politique sur la nécessité et l’urgence de la mise en œuvre de ce point de consensus », a-t-elle laissé entendre.

Didèdoua Franck ZINGUE

Articles similaires

COMI-YANGA DANS LE KOULPÉLOGO: la population en colère après la mort d’un détenu à la gendarmerie

ActuBurkina

Tragédie de Solhan : les Nations unies solidaires du peuple burkinabè

ActuBurkina

SIT-IN JUGES ILLEGAUX: « C’est un abus de pouvoir, une voie pour réprimer les travailleurs », selon Hamadi Konfé, SG sous-section SYNTSHA/CHU-YO

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR