ActuBurkina
A la une Société

Nouvel an du calendrier africain 6260 et université Sankoré :La célébration conjointe aura lieu du 14 au 18 juillet prochain à Koudougou

Le mouvement Deux heures pour nous deux heures pour Kamita a organisé, ce 12 juillet 2023 à l’université Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou, une conférence de presse pour annoncer la célébration conjointe du nouvel an du calendrier africain 6260 et de l’université Sankoré, du 14 au 18 juillet 2023 à Koudougou. Plusieurs activités sont annoncées au cours de ces 5 jours de célébration.

La ville de Koudougou accueillera, du 14 au 18 juillet, la 2e année d’affilée de l’Université Sankoré, en prélude à la célébration du jour de l’an africain 6260. L’annonce a été faite par le mouvement  Deux heures pour nous deux heures pour Kamita au cours d’une conférence de presse. Cette université  Sankoré se tiendra sous le thème général : « Culture, lutte de libération et construction de l’Etat nation ». Selon Imhotep Serge Bayala, coordonnateur du mouvement, plusieurs innovations sont annoncées pour cette université et l’une d’entre elles est l’introduction d’une conférence inaugurale, à l’université Norbert Zongo de Koudougou, le 14 juillet 2023. Laquelle conférence sera animée par  le président du Conseil supérieur de la communication (CSC),  Abdoulazize Bamogo autour du thème « Médias et jeunesse : construction d’une citoyenneté responsable en temps de crise ».

Cette conférence de presse a été l’occasion pour les animateurs, d’évoquer la reconfiguration du visage de la géopolitique mondiale, avec la guerre en Ukraine. « Nous sommes donc les témoins privilégiés d’une période charnière de l’humanité. Nous sommes en droit d’affirmer que l’humanité est à la croisée des chemins », a dit Eugène Bayala pour qui, cette situation est une grande opportunité pour « l’ensemble des peuples du monde, écrasés par l’ordre international actuel et qui aspirent à un peu plus de souveraineté, de liberté et de dignité ». Et à leur avis, les pays africains devraient tirer profit de cette situation. « Les pays africains en particulier doivent savoir profiter de cette opportunité rare pour briser les schémas de coopérations iniques et déshumanisantes hérités de la barbarie coloniale puis néocoloniale », a affirmé M. Bayala.

Concernant la situation nationale, les conférenciers ont reconnu les mérites et le courage de l’équipe gouvernementale. Pour eux, « c’est uniquement de concert avec le peuple, par l’éducation et l’encadrement du peuple à comprendre le vrai sens de l’intérêt commun et en ne trahissant jamais les aspirations et les espoirs des masses populaires, que la transformation qualitative des fondements de notre société, cessera d’être un rêve lointain ».

En tout état de cause, pour le mouvement, au moment où l’on entame le dernier virage de l’année 6259, les Burkinabè espèrent le retour très prochain d’une paix juste et durable. A ce titre, Serge Bayala et ses camarades invitent les Burkinabè et les peuples africains ainsi que ceux de la diaspora, à s’approprier et à célébrer dans la sobriété le nouvel an Kamit (africain).

Rendez-vous a été pris alors pour le 19 juillet 2023 à 14h à l’amphi A600 à l’université Joseph Ki-Zerbo pour marquer le jour de l’an 6260.

Nadège KABORE (Stagiaire)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 12 DECEMBRE 2018

ActuBurkina

Coopération : les bourses d’étude du Maroc passent de 70 à 100 au profit du Burkina

ActuBurkina

CACHE D’ARMES DECOUVERTE A BOUAKE : des experts onusiens pour participer à l’enquête

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR