ActuBurkina
A la une Société

HOTEL SILMANDE : le personnel exige le départ de deux de leurs responsables

Le personnel de l’hôtel Silmandé est en colère contre le directeur général, Omar Sall, et le  directeur du capital humain, Ibrahim Zagré, dont il exige leur départ.  « Licenciements abusifs », « gestion calamiteuse de l’hôtel », sont entre autres reproches faits par le personnel aux deux responsables.

« La direction de l’hôtel maltraite et ne veut pas échanger avec le  personnel. En un mois, nous avons enregistré 11 lettres de licenciement d’agents. Nous avons essayé de dialoguer avec elle mais elle a catégoriquement refusé et fait savoir que ces licenciements ne cesseront jamais. Il est vrai que dans toute  société il y a des licenciements,  mais nous déplorons des licenciements abusifs…Quand quelqu’un fait quelque chose, c’est directement le licenciement,  il n’y a ni lettre d’explication, ni de conseil de discipline, encore moins d’avertissement. Nous estimons que c’est trop !». C’est ce qu’a déclaré, très remonté, le délégué général du personnel de l’hôtel SOPATEL Silmandé, Armand Tapsoba. Outre les licenciements abusifs, le personnel fustige la gestion calamiteuse de l’hôtel par le DG. A en croire le délégué général, depuis l’arrivée du DG, l’hôtel connait une baisse de productivité. « Ils augmentent les prix comme ils veulent, sans aucun avertissement, si fait que les clients sont mécontents et s’en vont », a affirmé le délégué à l’information, Salif Sawadogo pour qui le personnel n’est pas prêt à tolérer cette situation dans la mesure où l’hôtel est devenu « un patrimoine » qu’il faut défendre coûte que coûte.

Celui aussi qui est dans le collimateur du personnel est le directeur du capital humain, Ibrahim Zagré à qui il est reproché de  ne pas  faire « son travail » et de  travailler « sur instruction du Président du conseil d’administration (PCA) qui signe les lettres de licenciement  en lieu et place dudit directeur ». Autant de faits qui ont suscité la colère du personnel qui observe depuis le 29 avril un mouvement d’humeur et demande le départ des deux responsables.

Par ailleurs, le personnel exige la réintégration sans condition du contrôleur coût divers » licencié  après 34 ans de service ce,  « suite à un banal transfert de produits à un département consommateur », selon les propos de l’intéressé, Arouna Ilboudo.  Aussi le personnel  demande-t-il des « avancements pour tous les employés » et la reconversion « de tous les CDD en CDI ».  Tout en réaffirmant son attachement à l’hôtel, le personnel appelle l’Etat à ouvrir l’œil sur cette structure.

A noter qu’une rencontre entre le personnel, le PCA et le PDG de l’hôtel est prévue ce 2 mai.

Colette DRABO

Articles similaires

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 13 FEVRIER 2019

ActuBurkina

Mali: gouvernement et groupes armés du Nord à Gao pour sauver l’accord de paix

ActuBurkina

Afrique du Sud: nouveaux décès après des rites d’initiation

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR