ActuBurkina
A la une Société

HOPITAL YALGADO OUEDRAOGO : la sous-section SYNTSHA annonce une marche et un sit-in les 7, 8 et 9 mai

La sous-section du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) observera une marche en direction du ministère de la Santé le 8 mai prochain ainsi qu’un sit-in de protestation les 7 et 9 mai. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse ce 3 mai 2018, à Ouagadougou. Des mouvements qui visent à  dénoncer la « situation chaotique » dans laquelle se trouve ledit hôpital.

Selon le secrétaire général de la sous-section SYNTSHA du CHU-YO, Hamadi Konfé, c’est depuis les inondations de 2009 qu’a connues la capitale que le calvaire de Yalgado  a commencé. Cet hôpital, a-t-il dit, le « premier hôpital du pays », l’hôpital de dernière référence, est devenu « l’ombre de lui-même ». Capacités d’accueil dépassées, pannes fréquentes d’équipements, ruptures de consommables et de réactifs, fermeture de services sont le lot quotidien du CHU-YO dénoncé par les conférenciers selon qui malgré les nombreuses interpellations, démarches et autres actions entreprises auprès des autorités pour améliorer les choses, rien n’a changé. Pire, a relevé le SG,  « le CHU-YO est en train de mourir s’il n’est pas mort », et ne doit encore sa survie que « du fait de la volonté des travailleurs qui caracolent autant que possible pour soigner les populations »,  sinon il devrait être fermé. Ainsi, et pour ne pas être « complice de cette descente aux enfers des services de santé », la sous-section SYNTSHA du CHU-YO observera  une marche en direction du ministère de la Santé le 8 mai prochain à partir de 9h et un sit-in de protestation les 7 et 9 mai de 7h à 10h. Cela pour exiger la réfection et l’équipement dans les meilleurs délais des services de chirurgie viscérale (bloc viscéral et urologique, urgences viscérales), le fonctionnement correct du service de l’imagerie dont seule l’échographie fonctionne actuellement pendant que tout le reste des équipements est en panne, l’équipement des différents blocs opératoires (traumatologie, neurochirurgie, maternité, ophtalmologie, odontostomatologie, ORL) et de tous les services déficitaires (services d’urgence, cardio, etc) ainsi que l’approvisionnement de tous les services en consommables et en matériel médicotechnique et l’assurance de la bonne gestion.

A ce titre, les conférenciers ont appelé les travailleurs de la santé à la mobilisation générale.

 AL CAPPUCCINO

Articles similaires

RENTREE JUDICIAIRE 2017-2018 : les acteurs de la justice invités à « travailler à être en phase avec leur peuple »

ActuBurkina

Retard dans la délibération des concours : Bassolma Bazié persiste et signe

ActuBurkina

Branche des accidents et maladies professionnelles : Le Mali s’inspire de l’expérience de la CARFO

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR