ActuBurkina
A la une Société

HAUTS-BASSINS : Des cotonculteurs réclament la tête du DG de la SOFITEX

Des producteurs de coton venus de divers horizons de la région des Hauts-Bassins se sont retrouvés le 13 mars 2018, afin de décrier certains problèmes qui les assaillent. Ces problèmes ont été énumérés et portés à la connaissance du président du Faso, dans une plate-forme revendicative. Tout compte fait, ils exigent le départ du directeur général de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo, qu’ils accusent d’être à la base de ces problèmes.

A qui revient la faute si le rendement du coton a baissé ? A cette question, c’est le directeur général de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo,  qui est indexé par les producteurs de coton. Casimir Gnoumou qui a présidé la rencontre, l’accuse d’avoir commis beaucoup d’erreurs. Au nombre de celles-ci, la mauvaise qualité des intrants que sont les semences, les engrais et les pesticides  qui leur ont été administrés. M. Gnoumou avance que les engrais contenaient au moins 30% de grains de petits cailloux. A propos de la culture du coton CGM (génétiquement modifié) encore appelé transgénique ou BT, il accuse le DG de la SOFITEX d’avoir fait fi de la convention selon laquelle il était question de se retirer progressivement de la culture du coton BT en attendant que Monsanto prenne les décisions nécessaires pour la fourniture des semences BT qui répondent aux exigences du marché international. Les producteurs réfutent les raisons qu’aurait données le DG, à savoir l’insuffisance de pluiee. Ils ont fait une  comparaison entre la pluviométrie de la région des Hauts-Bassins et celle des Cascades et de la Boucle du Mouhoun. Dans les mêmes conditions, les deux dernières régions auraient réussi mieux que les Hauts-Bassins.  En outre, il affirme que M. Yaméogo n’a fait aucun effort pour booster la culture cotonnière. Mais bien au contraire, il aurait travaillé à baisser la production, amenant le Burkina de la première place à l’avant-dernière en Afrique, chose qui honnit le producteur.  Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, ces producteurs exigent le départ du directeur général de la  SOFITEX. Il faut relever que la baisse du rendement du coton de la campagne écoulée a eu un coût sur les producteurs qui se sentent interpellés à plusieurs niveaux, à savoir la baisse du  revenu au niveau de la famille, les énormes impayés vis-à-vis des banques, de la SOFITEX, et entre producteurs, l’atteinte à l’image du Burkina après des dizaines d’années de suprématie en culture de coton,  etc.  En tout état de cause, les producteurs demandent à la SOFITEX l’annulation des crédits relatifs aux intrants incriminés pour la campagne cotonnière 2017-2018, le dédommagement  des producteurs de coton à hauteur des pertes subies et la prise de dispositions pour le retour au coton BT. Ces producteurs disent être déterminés à aller jusqu’à la satisfaction totale de leur plate-forme revendicative. Le cas échéant, ils annoncent que la culture du coton sera hypothéquée pour la campagne 2018-2019.

« Le Pays »

 

Articles similaires

PAM : les Etats-unis envisagent de réduire leurs financements

ActuBurkina

COTE D’IVOIRE : des pro-Gbagbo accusés de « tentative de déstabilisation »

ActuBurkina

PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU BURKINA FASO : l’UE apporte son soutien avec 558 millions de FCFA

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR