ActuBurkina
A la une Politique

Gouvernement Kyélem I : « J’ai cru avoir été entendu par le Premier ministre », Eddie Komboïgo, président du CDP

Au lendemain de la formation du gouvernement du MPSR II dirigé par Me Apollinaire Kyélem de Tambela, nous avons recueillis l’opinion des quelques personnes sur le PM et le nouveau gouvernement mis en place. Si pour les uns Me Kyélem a fait un bon casting pour d’autres par contre ce bon casting en lui seul ne suffit pas pour sortir le Burkina de l’ornière. Ces derniers pensent surtout qu’il faut surtout redoubler de vigilance en termes de vertu dans la gouvernance. Lisez pour en savoir davantage

Eddie Komboïgo, président du CDP

« J’ai cru avoir été entendu par le Premier ministre »

Le Premier ministre a respecté ses engagements en ce sens qu’il avait dit qu’il ne formera pas un gouvernement de plus de 25 membres. Ce n’est déjà pas mal, bien que je ne connaisse pas les ministres en tant que tel. Ce qui est certain, c’est qu’ils ne viennent pas de la faune politique. J’avais déjà dit qu’il fallait au peuple burkinabè un gouvernement de combat. J’ai cru avoir été entendu par le Premier ministre qui a répondu d’ailleurs que son gouvernement est un gouvernement de combat. Je ne sais pas sur quel critère les ministres sont été choisi mais je pense probablement que c’est sur leur technicité. Si tel est le cas nous les apprécierons au pied u mur. Il n’est pas superflu de rappeler que le Burkina Faso vit dans le chao. C que nus attendons est qu’on aide leu peuple burkinabè à quitter ce chao en vainquant les groupes terroristes et en ramenant les Personnes déplacées internes (PDI) dans leurs localités en leur assurant des services administratifs et sociaux minima. Pour ce qui concerne mon parti le CDP, et si le gouvernement va dans ce sens nous le soutiendrons. Mais s’il venait à dévier et à jouer au politicien, nous dénoncerons. Nous osons espérer qu’avec l’expérience que notre pays a eu à vivre, le gouvernement ira dans le bon sens. Nous leur souhaitons alors bon vent ! »

Labidi Naba, président de Observateurs sans frontières

« C’est la tête qui doit toujours impulser l’exemple »

« Ce nouveau gouvernement a à son sein des ministres reconduits et de nouveaux ministres.  Ceux qui suivent les réseaux sociaux ont pu constater un ramdam contre la reconduction de certain ministre de l’ère Damiba jusqu’à 6 ministres si on inclu le secrétaire général du gouvernement. Il y a des réfractions au sujet du nouveau ministre du commerce, celle de la diplomatie et j’en passe. Par contre celui de l’économie est reconnu être un technicien hors-pair, tout comme celui de l’administration territoriale. Pour ma part je crois fortement que c’est la tête qui doit toujours impulser l’exemple. Dans notre cas la tête c’est bien le binôme Président Capitaine Ibrahim Traoré et son Premier Ministre, Me Kyélem de Tambela. La nomination de ce dernier à suscité un engouement positif au sein de l’opinion publique. Le Président Traoré a donné le ton de la voie qu’il veut emprunter et le Premier ministre l’a clarifié en affirmant je cite « On ne peut pas développer le Burkina Faso en dehors de la ligne tracée par Thomas Sankara ». Ce binôme montre clairement là où nous devons aller et les membres du gouvernement devraient tous emprunter le même chemin : Celui de la combativité, et de la gouvernance vertueuse. Sinon il n’est pas exclu que ceux qui se dévoyeraient de cette trajectoire soient démis de leur fonction. En dernier ressort, il y a le peuple, ce même peuple qui pratiquement imposé le Président Traoré à la tête de la Transition attend de juger le maçon au pied du mur. Il n’hésitera pas à se faire entendre quand il le faudra. A bon entendeur salut ! Bonne mission à toute l’équipe »

Ouédrago Issiaka, président du CISAG

« Je ne suis pas optimiste avec un Premier ministre qui ne mesure pas la portée de la charge qui repose sur ses épaules »

 « Pour moi d’abord le choix du Premier ministre en la personne de Me Kyélem sied bien, en ce sens qu’il a le profil indiqué, et n’est d’aucune écurie politique.  Ce qui fait de lui l’homme neutre dont on a besoin aujourd’hui pour avoir un minimum de consensus et d’adhésion de tous les acteurs socio politiques de notre pays. Cependant je trouve qu’il parle trop et ne se comporte pas en homme d’État. Il dit incarner l’idéologie sankariste mais dans les faits on constate le contraire pour vous citer deux exemples. Il a nommé un ministre ou a accepté de diriger un gouvernement dont il ne fait pas confiance à un ministre de l’ancien gouvernement dans un passé récent et trouve que celui- ci est d’une immaturité intellectuelle et psychologique, excité et instable. N’est pas là des qualificatifs très désobligeants pour une personne qu’il nommera ou avec qui il travaillera dans les jours à venir ? un homme d’État est un visionnaire et fait beaucoup attention à ce qu’il dit sur la place publique pour ne pas être rattrapé par ses dires qui pourraient le compromettre facilement. Un homme d’État parle avec raison et non avec passion.  Pourtant c’est le contraire que je constate chez notre nouveau Premier ministre. Deuxièmement, il a nommé le papa d’un des éléments qui a fait le coup d’Etat, n’est-ce pas là aussi une compromission que Sankara n’aurait jamais fait ? Le Premier ministre a lui-même dit qu’il a échangé avec le capitaine Traoré après sa nomination, et qu’ils étaient convenus que celui-ci s’occuperait du volet militaire et lui le volet civil, mais la composition du gouvernement nous prouve le contraire, car, il y a certainement des personnes compétentes dans ce gouvernement mais je ne suis pas optimiste avec un premier ministre qui ne mesure pas la portée de la charge qui repose sur ses épaules. Déjà certains ministres sont décriés et ça ne fait que commencer et nous verrons les jours à venir ce qu’il en résultera »

Propos recueillis par KFK

Articles similaires

Armement : La France, deuxième pays exportateur d’armes au monde pour la première fois

ActuBurkina

Lutte contre le terrorisme au Burkina Faso : Fasokooz appelle ses militants à s’enrôler au sein des VDP

ActuBurkina

Conduite de la transition: les Burkinabè du Niger saluent l’engagement du capitaine Ibrahim Traoré

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR