ActuBurkina
A la une Société

Gestion du fret au Burkina :  l’UTOECBFT dénonce une tentative d’exclusion

Les membres de l’Union des transporteurs, opérateurs économiques et chauffeurs du Burkina Faso au Togo (UTOECBFT) ont animé un point de presse ce 04 mars 2021 à Ouagadougou. Objectif : présenter l’union à l’ensemble de la population burkinabè et dénoncer une tentative d’exclusion de celle-ci.

« L’union des transporteurs, opérateurs économiques et chauffeurs du Burkina Faso au Togo (UTOECBFT) est un regroupement de transporteurs, d’opérateurs économiques et de chauffeurs burkinabè résident  au Togo », a expliqué Alassane Guiré, président de l’organisation. Cette structure vise, selon lui, à rassembler les opérateurs économiques burkinabè résidant au Togo autour d’une même cause qui est l’amélioration des conditions de vie des Burkinabè. A l’entendre, depuis sa création, la structure a mené plusieurs actions au profit de la communauté burkinabè vivant au Togo. « Depuis notre création, la structure a fait beaucoup de choses pour les Burkinabè du Togo. Nous avons mené une campagne d’établissement de cartes consulaires pour plus de 494 Burkinabè vivant au Togo. Nous sommes également en train de mettre en place une mission qui se chargera de venir établir les cartes d’identité à Ouagadougou pour des Burkinabè résidant au Togo. Nous menons plusieurs actions au niveau du Togo pour faciliter l’intégration de nos concitoyens qui y arrivent. Il y a également que l’Union a toujours accompagné le consulat général dans  l’organisation de la journée nationale de la solidarité au Togo et bien d’autres actions », a  laissé entendre le premier responsable selon qui l’association est fortement impliquée dans la lutte contre la vie chère au Burkina Faso.

En dépit de ces actions, selon le premier responsable, il y a une «  tentative d’exclusion » de la structure au niveau des organisations du transport au Burkina Faso. «  Nous dénonçons  le fait que les organisations de transporteurs du Burkina nous qualifient comme relevant du droit togolais. On ne peut pas nous dire que nous relevons du droit togolais et en même temps vouloir la marchandise de ce droit togolais. Nous disons qu’il faut que  cette loi soit révisée. Notre organisation n’est pas une organisation  d’opérateurs économiques togolais. Nous sommes des Burkinabè et nous demandons à ce qu’on nous intègre parce que nous sommes aussi des Burkinabè. Nous ne pouvons pas accepter qu’on nous dise de laisser le terrain parce que nous résidons au Togo », a martelé Alassane Guiré pour qui le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) et l’UTRB mènent une politique d’exclusion à l’égard de leur union.

Pour cela, les premiers responsables ont confié avoir rencontré les autorités burkinabè du secteur du transport,  notamment les ministres en charge des transports et celui  des affaires étrangères pour leur présenter la structure et également les interpeller sur la situation qui prévaut. Cela, selon le président de l’Union, pour une cohésion entre les différentes organisations qui régissent le secteur du transport au Burkina Faso. Et selon lui, des discussions sont en cours pour la résolution  du problème.  Pour finir, Alassane Guiré a  exprimé sa satisfaction pour l’accueil qui leur a été réservé par l’ensemble des acteurs du transport et a invité ces derniers au bon sens pour la résolution de la crise qui secoue le fret burkinabè.

Oumarou KONATE (Stagiaire)

Articles similaires

FERMETURE DES ETABLISSEMENTS  : les enseignants-vacataires du privé demandent des mesures d’accompagnement

ActuBurkina

Cérémonie des HOKAN: Amity Méria sera décoré

ActuBurkina

Burkina : 22 terroristes neutralisés à Feto Koba

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR