ActuBurkina
A la une Société

GENOCIDE RWANDAIS : Larousse au sein d’une grosse polémique

Plus d’un quart de siècles après le génocide rwandais, la célèbre maison d’édition française Larousse est au cœur d’une politique. En effet le terme « guerre civile » utilisé pour désigner le conflit qui a opposé les Tutsis et les Hutus dans l’édition 2020  du dictionnaire Larousse Junior destiné aux 7-11 ans n’est pas du goût de certaines organisations.

Une particulièrement a marqué son opposition par le canal d’une correspondance qu’elle a envoyée  à la présidente des Éditions Larousse. Ladite association dénommée Ibuka a dénoncé le sens qui a été donné au génocide par la maison d’édition française spécialisée dans les ouvrages de référence.

L’association qui a pour mission de défendre les rescapés du génocide considère que cette explication donnée au conflit est « une négation du génocide ». A la faveur d’un entretien qu’a accordé Naphtal Ahishakiye, secrétaire exécutif d’Ibuka à Rfi, il a affiché les réelles attentes de son organisation.

Un combat contre l’altération de la vérité

Il a notamment martelé qu’il s’agit bel et bien d’un génocide et non d’une guerre civile comme l’a écrit la maison d’édition française. Pour lui, c’est une vérité désormais universelle  qui ne doit être altérée par personne.

Il estime qu’au sein de son association Ibuka, le combat se mène pour que la jeune génération ainsi que le reste du monde soit au courant de ce qui s’est passé entre les Tutsis et les Hutus. Il a accusé ouvertement Larousse d’avoir laissé sciemment ces écrits dans sa publication.

Que l’article soit modifié

Naphtal Ahishakiye, secrétaire exécutif d’Ibuka, pense qu’il est inconcevable que malgré toutes résolutions prises par la communauté internationale et les Nations Unies, le génocide rwandais soit assimilé à une guerre civile. Aussi, l’association Ibuka a-t-elle demandé à Larousse la modification de l’article incriminé.

Lanouvelletribune.info

Articles similaires

PRESIDENTIELLE AU BURKINA : le président sortant, Roch Marc Kaboré, réélu avec 57,87%

ActuBurkina

Violences militaires à Pô: ni le procureur, ni aucun autre magistrat n’a été « personnellement touché » (communiqué)

ActuBurkina

LUTTE CONTRE L’INSECURITE : circulation interdite la nuit, à la frontière Nord

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR