ActuBurkina
A la une Edito

GABON : Bongo s’en sortira-t-il ?

Le président gabonais, Ali Bongo Odimba, est de nouveau sous les projecteurs de l’actualité. En effet, des biens immobiliers de sa famille ont été saisis à Paris et à Nice, dans le cadre des enquêtes sur l’affaire des «biens mal acquis ». A cela, s’ajoute le flou qui entoure la filiation de Ali Bongo. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette affaire tombe mal pour le président Ali Bongo dont les origines sont contestées par une partie de la classe politique gabonaise. Et ce n’est pas tout.  Car, Ali Bongo est de plus en plus lâché de toutes parts, y compris au sein de sa propre famille politique. Et pour ne rien arranger, l’Union sacrée pour la patrie, qui compte en son sein des partis de l’opposition et la société civile, a dévoilé son plan de destitution du président Bongo, estimant que ce dernier n’est pas gabonais de souche. Quant à la France, elle semble aussi vouloir lâcher l’actuel occupant du Palais de bord de mer. Car, à quelques mois de la présidentielle, cette affaire de « biens mal acquis » donnera certainement du grain à moudre à l’opposition politique. Et c’est peu dire qu’elle en fera son miel.  C’est dire si Ali Bongo est à la peine. Surtout que se profile déjà à l’horizon la présidentielle. Comment l’homme pourra-t-il s’en sortir ?

L’opposition a intérêt à fédérer les énergies

Faut-il le rappeler, la dynastie Bongo règne au Gabon depuis 1967, date d’accession d’Omar Bongo au pouvoir. Comparaison n’est pas raison, mais en quittant le CDP du président Blaise Compaoré, les proches de « l’homme fort » ont fortement contribué à sa chute. Il n’est pas exclu que le même schéma se reproduise au Gabon. Mais l’opposition gabonaise aurait tort de dormir sur ses lauriers. « On ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué », enseigne un adage. L’opposition a donc intérêt à fédérer les énergies. Surtout  qu’au Gabon, l’élection présidentielle ne prévoit qu’un seul tour à l’issue duquel est élu celui qui a la majorité simple.

Thierry Sami SOU

Articles similaires

OUAGADOUGOU : des véhicules mis en fourrière pour mauvais stationnement

ActuBurkina

Burkina: adoption de la charte constitutionnelle de la transition

ActuBurkina

RDC : le mandat de la Monusco renforcé en vue des élections

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR