ActuBurkina
A la une Economie Phare

Finances Publiques : Le Traditionnel rapport de la Cour des  comptes aux mains du Président de la République

 

Le Président du Faso, a reçu au palais présidentiel, ce lundi 08 février 2015, des mains du Président de la Cour des comptes, Noumoutié Herbert Traoré, le  rapport  public de ladite institution. Cette action s’inscrit dans le cadre du devoir de redevabilité de tout agent public à l’État. Face à la presse, Noumoutié Herbert Traoré a fait le résumé du contenu du rapport : « La première partie examine les opérations du budget de l’État notamment l’induction des lois de finance. A ce  niveau, la Cour a relevé  des forces mais aussi des faiblesses, et  fait des recommandations. Les principales recommandations portent sur le non recouvrement  des frais et sur le déficit lié à l’exécution du budget. L’autre observation faite par la cour, est le phénomène des chèques sans provisions ».   Dans ce sens, la Cour dit avoir interpellé le gouvernement depuis 2009 sans véritable résultat étant donné que près de 18 milliards de chèques sans provisions ont été retrouvés. Aussi, les  rapports sur le fonds national de développement des sports et loisirs  et le centre Muraz de Bobo ont également fait l’objet d’examens.

La Seconde partie du rapport a porté sur l’audit des collectivités territoriales notamment la commune  Gaoua. A ce niveau, la Cour  a relevé des déblocages non justifiés, des indemnités payées en deçà des sommes dues au personnel. La 3e  et dernière   partie porte sur  le contrôle des entreprises publiques. L’Audit a concerné le  Bureau des  Mines et de la Géologie du Burkina(BIMUGEB) ou la cour a relevé des cas de malversations et de salaires indûment payés.  Le contrôle sur la réalisation du Plan décennal de Développement de L’Éducation de Base a également  révélé  des irrégularités liées aux ouvrages  réalisés : « Nous avons été déçus de constater que vous avez des écoles construites en un temps record, et qui se retrouvent rapidement décoiffées, délabrées ou des ouvrages neufs  qui ne donnent même pas envie d’y travailler », s’est indigné le  Président de l’institution. Par ailleurs, Noumoutié Herbert Traoré a fait le point des difficultés   rencontrées par la Cour au président du Faso.

Mais, à sa sortie d’audience il dira : « Nous avons eu carte blanche et nous travaillerons à améliorer la gestion financière ».

N.I

Articles similaires

ZINIARE : un « dénonciateur » de cas d’excision retrouvé pendu

ActuBurkina

ActuBurkina

OFFRE DE VENTE D’UNE PARCELLE

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR