ActuBurkina
A la une Société

FERMETURE DU LYCEE ZINDA : L’UAS « condamne » et « exige sa réouverture »

Suite à la décision du gouvernement de la fermeture du lycée Philippe Zinda Kaboré, le monde du travail réuni autour de l’Unité d’Action syndicale (UAS), à travers une déclaration le 18 septembre 2021 « condamne » et « exige la  réouverture » dudit établissement.

« C’est avec une grande consternation que l’UAS a appris la fermeture du Lycée Philippe Zinda Kaboré pour l’année scolaire 2021-2022 », peut-on lire dans le communiqué de cette organisation des travailleurs, qui relève d’autant plus que les raisons avancées pour la fermer dudit établissement, « en plus d’être évolutives, sont allées de contradiction en contradiction ». Il s’agit de « la destruction du serveur qui aurait été emporté avec toutes les données des élèves et du personnel et la destruction des tables-bancs du lycée lors des manifestations d’élèves durant le mois de mai 2021 ».

« Par la suite, il s’agissait, selon le gouvernement, de rapprocher les élèves des sites d’écoles de la périphérie en vue de réduire la distance à parcourir pour prendre cours au regard des longues distances qu’ils parcouraient habituellement », poursuit l’UAS, qui relève au titre toujours des justifications du gouvernement, l’argument, de la « réhabilitation et transformation dudit lycée ».

Et à l’UAS d’estimer que « les arguments manquent de pertinence de façon criarde et laissent voir le tâtonnement (…) servi en réalité pour masquer l’objectif réel du démantèlement de cet établissement ».

Considérant que : « déjà des centaines d’écoles à travers le pays sont fermées du fait des attaques terroristes mettant des milliers d’enfants hors du système éducatif » et que « la prolifération des écoles pirates (que nous avons régulièrement dénoncées et dont une mesure a annoncé la fermeture) témoigne de ce que l’accès à l’école particulièrement au post-primaire et au secondaire constitue un véritable cauchemar pour les parents d’élèves », l’UAS trouve cette mesure « incompréhensible ».

L’UAS est convaincue que la fermeture du Zinda « va engendrer de nombreuses conséquences au niveau des parents d’élèves dans la scolarisation de leurs enfants, eux qui font déjà face à de nombreux problèmes que sont la pauvreté, la question du logement, la santé, le transport et la vie chère avec la hausse sans cesse des prix des produits de première nécessité » et qu’ « il n’est donc aucunement productif et justifiable de vouloir occasionner d’autres problèmes aux élèves et aux parents d’élèves ».

Pour cela, l’UAS pense que « la réfection et le maintien des élèves ne sont nullement incompatibles », citant notamment les cas du Lycée Ouezzin Coulibaly et autres…

De ce qui précède, l’UAS « condamne la fermeture du lycée Philippe Zinda Kaboré ; exige sa réouverture immédiate et sans condition » et « appelle les autorités à créer les conditions d’une bonne année scolaire 2021-2022 »

Actuburkina

Articles similaires

Réunion des Ministres des Affaires étrangères de l’Alliance des États du Sahel (AES) : les hauts fonctionnaires balisent le terrain

ActuBurkina

RECRUTEMENT « DOUTEUX » A LA CNSS : le DRH écroué

ActuBurkina

JOURNÉE DE L’EXCELLENCE SCOLAIRE : 99 élèves à l’honneur demain à Kosyam

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR