ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

Troupes françaises au Niger : le CNSP dénonce les « manœuvres sournoises et dilatoires des autorités françaises »

Dans un communiqué rendu public ce samedi 9 septembre 2023, le CNSP et le gouvernement de transition ont tenu à apporter « des éléments de clarification » sur la rencontre, le 1er septembre dernier à Zinder, entre le Chef d’Etat-major des Armées du Niger (CEMA) et le Commandant des forces françaises au sahel pour discuter d’un plan de désengagement des capacités militaires françaises du Niger. Tout en annonçant qu’à la date d’aujourd’hui, « aucun progrès n’a été enregistré quant à l’application dudit plan », les autorités nigériennes ont dénoncé et fustigé « le manque de sincérité ainsi que les manœuvres sournoises et dilatoires des autorités françaises » sur l

« A la vérité, il faut s’interroger sur la sincérité de l’annonce du plan de retrait français pour les raisons selon lesquelles, cette annonce de retrait vient d’un niveau opérationnel », se sont demandées, dans le communiqué lu par le porte-parole du CNSP et du gouvernement de transition, le colonel Amadou Abdrahmane, les autorités nigériennes.

Selon le communiqué, cette annonce du plan de retrait n’est donc portée ni par l’État-major des armées françaises ni par le gouvernement français et n’a fait l’objet d’aucun communiqué officiel écrit et déclaratif ; « comme cela est toujours de rigueur en pareilles circonstances ». Mais encore, poursuit la même source, « cette annonce de retrait des forces françaises au Sahel, intervient à un moment où la France refuse même de rappeler son Ambassadeur déclaré persona non grata par les autorités et la justice nigérienne ».

En outre, le CNSP et le gouvernement de transition ont tenu à porter à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale qu’en dépit de l’annonce de ce plan de retrait, « la France continue de déployer ses forces dans plusieurs pays de la CEDEAO dans le cadre des préparatifs d’une agression contre le Niger qu’elle envisage en collaboration avec cette organisation communautaire ». C’est ainsi que selon le communiqué, à partir du 1er septembre 2023, deux aéronefs de transport militaire type A400 M et un Dornier 328 ont été déployés en renfort en Côte d’Ivoire ; deux hélicoptères multi rôles type super PUMA, une quarantaine de véhicules blindés à Kandi et Malanville au Bénin. Et, est-il ajouté, le 7 septembre 2023, un navire militaire français a accosté à Cotonou avec à son bord du personnel et des moyens militaires en plus d’une centaine de rotations d’avions militaires cargo ayant permis de débarquer d’importante quantité de matériels et équipements de guerre au Sénégal en côte d’Ivoire et au Benin pour ne citer que cela.

« Le CNSP et le Gouvernement de Transition dénoncent et fustigent ce manque de sincérité, ces manœuvres sournoises et dilatoires qui visent à émousser, dans la durée, l’ardeur patriotique du peuple nigérien dans sa lutte pour le retrait total des troupes françaises du Niger pour ensuite mieux réussir une intervention militaire contre notre pays », poursuit le communiqué dans lequel les autorités de transition ont lancé « un appel solennel au grand peuple du Niger à la vigilance et pour ne jamais se démobiliser jusqu’au départ inéluctable des troupes françaises de notre territoire, la terre de nos ancêtres ».

Dans le communiqué, le CNSP et le gouvernement de Transition ont également pris à témoin l’opinion nationale et internationale sur « les conséquences de cette attitude agressive, sournoise et méprisante adoptée par la France ».

En tout état de cause, conclut le communiqué, « le CNSP et le Gouvernement de Transition rassurent les Nigériens que toutes les mesures sont régulièrement prises pour défendre l’honneur de notre patrie et préserver les intérêts supérieurs du Niger ».

e retrait total de ses troupes du Niger. Le CNSP a aussi indiqué que la France continue à déployer des troupes dans certains pays de la Cédéao, dans le cadre des préparatifs pour « une agression » contre le Niger.

ActuNiger

Articles similaires

Guézouma Sanogo, président du comité de pilotage du CNP/NZ : « les défenseurs de la liberté d’expression et de la presse ont vu rouge » de janvier à septembre 2022

ActuBurkina

Mozambique: une bière artisanale cause la mort d’au moins 69 personnes

ActuBurkina

MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ :   182 policiers distingués

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR