ActuBurkina
A la une Economie

Fausses déclarations de dédouanement et d’immatriculation de véhicules : plus de 1000 véhicules épinglés

La Coordination nationale de lutte contre la fraude (CNLF) a animé, ce 30 avril 2024, dans ses locaux à Ouagadougou, une conférence de presse au cours de laquelle elle a fait cas  de pratiques frauduleuses sur des questions de fausses déclarations opérées par des individus,  notamment en matière d’actes de dédouanement et d’immatriculation de véhicules. Selon les conférenciers, ce sont plus de mille véhicules dans cette situation irrégulière qui ont été identifiés.

La traque contre la fraude et les fraudeurs  se poursuit à la CNLF. Ce 30 avril, la coordination a encore attiré l’attention de l’opinion sur des pratiques peu orthodoxes, notamment des questions de fausses déclarations d’actes de dédouanement et d’immatriculation. “ Après leur importation auprès des services douaniers, il se trouve des usagers qui, sur la base de manipulations infographiques, parviennent à modifier des déclarations de sel, engrais, huile alimentaire, herbicides, marchandises diverses etc… Cette manipulation vise à faire correspondre les caractéristiques des véhicules en leur possession sur les déclarations afin de faire croire qu’il s’agit d’une opération régulière de dédouanement. Avec ce nouveau document falsifié, ils arrivent à s’octroyer une immatriculation qui est certes légale puisque délivré par le ministère des Transports, mais malheureusement ces véhicules n’ont pas fait l’objet de dédouanement,  c’est-à-dire les recettes n’ont pas été payées dans les caisses de l’Etat”, a déploré le coordonnateur national de lutte contre la fraude, Dr Yves Kafando. A l’en croire, ce sont plus de 1000 véhicules dans cette situation irrégulière, qui ont été identifiés.  Pour lui, cette situation est manifestement le fruit d’un manque de synergie d’action entre administrations publiques alors qu’elles sont complémentaires dans le traitement des dossiers des véhicules importés. “Il y a donc là un manque énorme à gagner par le Trésor public et la CNLF s’est engagée à faire réparer le tort subi par l’Etat”. Un préjudice  qui s’élèverait, de l’avis du coordonnateur de la CNLF, à hauteur du milliard de F CFA. Selon lui,  tous les propriétaires des véhicules saisis vont devoir régulariser leur situation, en plus  des amendes qui leur seront appliquées au profit de la nation entière. En tout état de cause, la CNLF a réitéré son ferme engagement à  “ traquer partout les fraudeurs et tous ceux qui font perdre illégalement des ressources à l’Etat par leur perfidie”.

Actuburkina

Articles similaires

SITUATION SECURITAIRE AU BURKINA: Abraham Badolo pour la démission du président du Faso

ActuBurkina

Procès Marcel Tankoano et autres : Pascal Zaïda passe aux aveux

ActuBurkina

SECTEUR DU TRANSPORT: les chauffeurs routiers en grève du 22 au 26 février

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR