ActuBurkina
A la une Phare Société

FANTA NIANKABARI, RESCAPEE DE L’ATTAQUE DJIHADISTE : « Si nous sommes vivants cela relève du miracle »

Ceci est un témoignage d’une rescapée que nous avons rencontré ce matin au CHU Yalgado Ouédraogo:

« Ce n’était pas évident pour nous de s’en sortir. Au début, on n’ignorait ce qui se passait réellement. On a essayé de rentrer en contact avec nos familles et de tenir bon afin de ne pas craquer. Nous étions nombreux dans une salle forte et l’air commençait à manquer.  Avant d’aller se réfugier, on a pu constater qu’en face de l’hôtel, au niveau de Capuccino, il y avait un incendie. Aussi, depuis notre cachette, nous savions qu’il y avait beaucoup de personnes qui ont perdu la vie. Du coup, on se demandait ce qui allait nous arriver. Mais, les militaires sont arrivés vers 2h du matin. Ils ont sécurisé les lieux et ensuite, ils nous ont demandé de sortir. Il y a beaucoup de gens qui sont morts et nous avons pu le constater lorsque les forces de sécurité nous faisaient descendre de l’hôtel. On nous a embarqués dans un cargo pour nous conduire à l’hôpital Blaise Compaoré. En ce moment, on entendait toujours les coups de feu. Une fois à l’hôpital, nous avons reçu les premiers soins et les agents de santé sont restés avec nous jusqu’au matin.  Nous rendons grâce à Dieu car si nous sommes vivants cela relève du miracle. C’est déplorable et je suis vraiment triste ».

A.S

Articles similaires

MALI : une « cellule terroriste » en lien avec les attentats de Ouagadougou démantelée

ActuBurkina

COMMEMORATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME : le MPP déterminé à lutter avec l’autre moitié du ciel pour un avenir radieux du Burkina

ActuBurkina

100 ans des SIC : un jubilé sous le signe de l’action de grâce

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR