ActuBurkina
A la une Edito

EXPULSION DE REFUGIES BURUNDAIS PAR KIGALI : Kagamé fait-il le bon choix ?

La semaine dernière, des centaines de Burundais ont été expulsés du Rwanda. Pour quelles raisons ? Kigali estime qu’il s’agit d’une opération de routine qui visait tous les réfugiés en situation irrégulière et non pas seulement les réfugiés burundais. Ce qui est peut-être vrai. Mais on sait aussi que les relations entre le Burundi, plongé depuis plus d’un an dans une crise politique, et son voisin, le Rwanda, sont au plus mal. En effet, Bujumbura accuse Kigali de fermer les yeux sur des entraînements militaires présumés auxquels se livreraient de jeunes réfugiés burundais sur son sol, pour revenir déstabiliser la mère patrie. En initiant donc cette opération d’expulsion massive de ressortissants étrangers de son pays, Paul Kagamé semble avoir opté pour la réponse du berger à la bergère. Du sort de ces Burundais expatriés, il s’en lave les mains. Et tant pis pour le reste ! Mais Kagamé a-t-il fait le bon choix ? Difficile de répondre par l’affirmative d’autant  plus que tous les réfugiés ne sont pas tous des déstabilisateurs. Il y en a qui ont fui leur mère-patrie pour sauver leur peau, non sans avoir des récriminations contre Pierre Nkurunziza à propos de son 3e mandat.

Il urge pour  la Croix- rouge et le HCR de prendre leurs responsabilités

C’est sûr, si ces gens-là étaient restés à Bujumbura, c’est peu dire que le dictateur Nkurunziza les aurait trucidés. Certes,  Kagamé a  le droit d’expulser les « sans-papiers » de son pays.  Mais il n’a pas le droit de choisir la destination des réfugiés expulsés. En les renvoyant au Burundi, c’est comme si l’homme mince de Kigali les amenait à l’abattoir, la plupart d’entre eux passant aux yeux du pouvoir burundais comme des opposants au troisième mandat de Nkurunziza. Il urge donc pour  la Croix- rouge et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) de prendre leurs responsabilités. Cela dit, il appartient à ceux qui accusent Kagamé d’être pyromane, les Etats-Unis notamment, de s’assumer pleinement en volant au secours de ces réfugiés déclarés persona non grata au Rwanda.

Mamouda TANKOANO

Articles similaires

RECRUTEMENT D’UN (E) CHEF(FE) DE PROJET SANTE NUTRITION

ActuBurkina

GREVE DU 29 NOVEMBRE : l’UNAS met le pouvoir « en garde contre toutes tentatives quelconques de sabotage »

ActuBurkina

Ambassadeur Luc Hallade « Je regrette que les réseaux sociaux soient devenus la caisse de résonnance de ceux  nous accusent de vouloir exploiter les richesses du Burkina Faso »

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR