ActuBurkina
A la une Société

ENSEIGNEMENT DU PREMIER DEGRE : les encadreurs pédagogiques revendiquent de meilleures conditions de travail

Le Syndicat national des encadreurs pédagogiques   du premier degré (SNEP/PD)a organisé une conférence de presse ce 9 mai 2017 à  Ouagadougou. Aux Hommes de médias, les membres du syndicat ont exposé leur plate-forme revendicative qui se résume entre autres à l’amélioration de leurs conditions de travail.

Dotation des CEB en moyens conséquents de travail , reclassement des instituteurs principaux en catégorie A1 ,  relecture du plan de carrière des personnels de l’enseignement du premier degré pour le rendre plus attrayant et motivant,  relecture consensuelle de l’organigramme du MENA, délivrance de diplômes aux encadreurs sortants de l’Ecole normale supérieure  de Koudougou et harmonisation de l’organisation des examens et concours scolaires et professionnels du MENA . Tels sont entre autres, les points revendicatifs du Syndicat national des encadreurs pédagogiques du premier degré.

En effet, le 15 septembre 2016, le SNEP/PD entamait pour la première fois de son histoire un mouvement de boycott des activités préparatoires de la rentrée scolaire 2016-2017 aboutissant ainsi à la signature d’un protocole d’accord entre lui et le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation (MENA). Mais jusque-là, a expliqué le secrétaire général du SNEP/PD, Pierre Zagré, ce protocole  d’accord n’a pas connu une mise en œuvre d’où la tenue de la conférence de presse ce,  à  l’issue d’une assemblée générale tenue le 6 mai 2017,  pour informer l’opinion publique d’un certain nombre de points.

« Nous avons interpellé les autorités pour des échanges et jusqu’à présent, nous n’avons pas eu gain  cause et beaucoup de points restent en suspension »,  a déclaré Pierre Zagré,  et de poursuivre que depuis le 22 novembre 2016, les CEB fonctionnent toujours sur le dos des encadreurs pédagogiques car les moyens annoncés pour leur fonctionnement sont toujours en attente. Selon lui, en  plus de cet aspect, pour ce qui est des conditions de vie des travailleurs, le MENA n’a pas encore eu du temps pour examiner les préoccupations vitales qui sont les leurs.

Afsatou MINOUGOU

(Stagiaire)

Articles similaires

CEDEAO : le Nigeria appelle le Niger à libérer Bazoum

ActuBurkina

Attaque du détachement de Toéni : une douzaine de terroristes tués

ActuBurkina

HYDROCARBURES : nouvelle baisse des prix à compter du 16 mai

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR