ActuBurkina
A la une Politique

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE: « Nous attendons la traduction de ces intentions dans les faits », Gilbert Noël Ouédraogo, président du groupe parlementaire PJRN

Le Premier ministre Christophe Dabiré s’est prêté à l’exercice de   Déclaration de Politique générale, le 4 février dernier devant la Représentation nationale. Nous vous proposons ici quelques réactions de députés à l’issue de sa Déclaration de Politique générale.

 

Gilbert Noël Ouédraogo, président du groupe parlementaire PJRN

« Nous attendons la traduction de ces intentions dans les faits »

“C’est un document qui a été bien rédigé dans la forme. Dans le fond, nous avons constaté que le Premier ministre a abordé toutes les questions globales liées à la vie de la nation. Maintenant, nous attendons la traduction de ces intentions dans les faits. Il est revenu également sur un certain nombre de préoccupations des populations notamment, les questions de la sécurité, de la réconciliation nationale. Mais nous avons relevé quelques questions, notamment celle des étudiants. Car pour la première fois de notre histoire, on assiste à des suicides d’étudiants. Et pour l’Union nationale des étudiants du Faso, tout ceci serait lié aux conditions d’étude. Nous avons aussi évoqué la question de l’accès à l’eau potable et des routes où il y a un besoin de bitumage et d’entretien. Ce sont des chantiers qu’il faut lancer. Aussi, tous pensent qu’il a lieu d’aller à la réconciliation nationale, maintenant, comment y aller? Nous avons été les premiers à appeler à cette réconciliation nationale en insistant que le président du Faso organise un forum national des Forces vives. Nous attendons de voir la démarche de cette réconciliation”

 

Eddie Komboigo, président du CDP

« Cette déclaration d’intention n’a ni indicateurs ni chiffres »

« Il n’y a pas beaucoup d’intérêt parce que c’est une déclaration de politique générale. Ce sont des manifestations d’intention. Nous n’avons pas vu les politiques sectorielles du Premier ministre. Nous sommes restés insatisfaits parce que nous pensons qu’il allait s’appuyer sur les chantiers Dabiré I pour monter la continuité. Malheureusement vous avez vu que cette déclaration d’intention n’a ni indicateurs ni chiffres. Nous avons également vu les questions fusées de partout même dans le camp de la majorité. Cela veut dite que personne n’est satisfait de ce discours. La majorité a félicité mais il ne nous appartient pas de féliciter de ce que qui n’a pas encore été réalisé. Nous avons le droit d’attendre les politiques sectorielles, de regarder et de critiquer l’action du gouvernementale. En tant qu’opposition nous sommes étonnés qu’un ministre de sa trempe vienne nous entretenir pendant une heure trente sans nous dire un peut ce qui existait et ce qu’il va faire pour un développement harmonieux »

Hamadou Diemdioda Dicko, président du groupe parlementaire UPC

« Ce sont de bonnes intentions »

« Cette politique générale a été clairement exprimée. Ce sont de bonnes intentions dans la mesure où elles prennent en compte la question de la réconciliation nationale. Elles prennent également en compte la question sécuritaire par que sans paix il n’y a pas de développement. Notre principal ennemi aujourd’hui est l’insécurité et c’est la raison pour laquelle de nombreux députés sont revenu plus amplement sur la question sécuritaire. Sur la question de l’éducation à savoir celle dans les zones d’insécurité nous voudrons qu’une solution durable soit enfin trouvée. Le Premier ministre est revenu sur la question du désenclavement et la règlementation du code minier. Sur ces vastes chantiers, le gouvernement est très attendu par les populations »

Pierre Célestin Zoungrana,  président du groupe parlementaire NTD

« La déclaration du Premier ministre a été on ne peut plus claire

« Pour nous membres du groupe parlementaire NTD, la déclaration du Premier ministre a été on ne peut plus claire. Cela va répondre efficacement, à notre sens, aux aspirations du peuple. Les questions de la sécurité, de la réconciliation nationale et de la lutte contre la corruption ont été amplement abordées. De ce point de vue, nous sommes confiants avec le Premier ministre que nous sommes sur le chemin du développement »

Edasso Rodrigue Bayala du groupe parlementaire RGJ

« Nous ne pouvons pas pour le moment dire que nous sommes restés sur notre soif »

« Comme son nom l’indique, la déclaration de Politique générale dessine le cadre de l’action gouvernementale en indiquant des axes. Vous avez vu que l’on n’est est pas rentré dans les détails. Le Premier ministre a décliné les 10 axes autour desquels l’action gouvernementale va se mener. Nous n’avons pas manqué d’attirer l’attention du chef du gouvernement sur un certain nombre de préoccupations que nous n’avons pas trouvé dans la sa déclaration. Nous ne pouvons pas pour le moment dire que nous sommes restés sur notre soif mais nous avons eu de la matière sur laquelle peut juger l’action du gouvernement dans les et les mois avenirs »

 

Propos recueillis par Kiswendsida Fidèle KONSIAMBO

Articles similaires

Lutte contre le terrorisme au Burkina :  Mariam Sankara propose d’aller vers d’autres partenaires

ActuBurkina

SOTRACO: Le DG par intérim suspend les paiements par « Orange money SOTRACO »

ActuBurkina

RENTREE SCOLAIRE 2020/2021 : l’UNAPES-B pour  une session de rattrapage en vue de rehausser le niveau des élèves

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR