ActuBurkina
A la une Société

CULTURE DE LA PAIX: des jeunes s’engagent

The Burkina  Faso interfaith youth network (BFIYN) et la Jeunesse  catholique (JEC) universitaire de Ouagadougou organisent du 15 au 18 novembre 2017, à Ouagadougou, la 1re édition du forum international des jeunes sur la culture de la paix sous le  « Jeunesse engagée dans une culture de la paix par le dialogue interreligieux ». Il s’agit  de sensibiliser les jeunes sur les enjeux et défis du vivre-ensemble par le dialogue interreligieux. La cérémonie intervenue le 15 novembre a connu  la participation du parrain, le président de la Transition, Michel Kafando.

Issus de différentes confessions religieuses et de divers horizons, les jeunes, durant les 4 jours,  vont échanger, discuter  et analyser le dialogue interreligieux dans le contexte africain et spécifiquement burkinabè et  promouvoir une culture opérationnelle et consensuelle de la laïcité adaptée au contexte africain et spécifiquement burkinabè. Pour le coordonnateur et initiateur du forum, Sougourounoma Henri Kaboré, le forum vise à « discuter, revisiter les textes saints et voir ce que ces derniers disent de la paix, de la différence religieuse et de la cohabitation malgré les différences ».

En effet, dans un monde marqué par la montée vertigineuse de l’intolérance religieuse et surtout de la radicalisation et  où les jeunes sont utilisés pour commettre les actes de barbarie, quoi de plus normal que ces derniers prennent conscience de la situation et décident  de trouver les solutions qui s’imposent. Car selon lui, lorsque les jeunes comprennent et adhèrent au principe du dialogue interreligieux, que l’esprit de paix est ancré dans les esprits des uns et des autres, c’est l’humanité qui s’en portera mieux. « Nous voulons que les jeunes connaissent la résolution 2250 qui est une résolution historique adoptée par le Conseil de sécurité le 9 décembre 2015 aux Nations unies,  qui reconnait que les jeunes sont les acteurs privilégiés du changement et de la construction de la paix. Nous ne sommes plus seulement ceux-là qui perpétuent la violence, mais sommes reconnus désormais comme des acteurs   de paix et nous voulons que les jeunes burkinabè, africains apprennent cette bonne nouvelle  et que nous nous engageons réellement. Il y va de la prospérité du pays, du développement et de la survie de l’humanité », a affirmé l’initiateur du forum.

Ainsi  plusieurs communications, des panels et projections cinématographiques axés sur la laïcité, le dialogue interreligieux, la paix sont au menu des quatre jours de travaux.

Pour sa part, le parrain du forum, Michel Kafando, président de la Transition, a loué cette initiative qui traduit  une prise de conscience des jeunes.  « Parce que dans un monde où la jeunesse représente l’essentiel de par son nombre, de par sa conscientisation des problèmes, il faut qu’elle puisse véritablement imprimer  sa marque dans la recherche de la paix », a-t-il déclaré avant d’inviter les jeunes malheureusement utilisés pour commettre les actes les plus ignobles, à prendre leur responsabilité dans le combat pour la paix et contre l’extrémisme violent, pour un monde plus humain et un mieux vivre-ensemble.

 

Colette DRABO

 

 

Articles similaires

RDC: le projet de loi sur la «Congolité» proposé à nouveau à l’Assemblée

ActuBurkina

LOROUM: l’attaque d’un convoi de commerçants fait 15 morts et des blessés

ActuBurkina

AVIS DE RECRUTEMENT CATHOLIC RELIEF SERVICES (CATHWEL)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR