ActuBurkina
A la une Politique

CRISE A LA CENI : l’opposition politique solidaire de ses cinq commissaires

L’Opposition politique a tenu son traditionnel point de presse, ce  16 octobre 2018 à Ouagadougou au cours duquel il s’est prononcé sur la crise qui sévit à la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la plate-forme d’enrôlement des électeurs, et les marches organisées récemment  par le parti au pouvoir.

La crise qui sévit à la CENI depuis un certain temps était au menu du  point de presse organisé ce 16 octobre. Selon le Pr  Mamadou H. Dicko, le secrétaire exécutif national de la NAFA, la crise interne qui oppose le président de l’institution, Newton Ahmed Barry, aux cinq commissaires de  l’opposition est liée au fait que le premier responsable gère seul l’institution. « Les faits tels que décrits dans le mémorandum de nos commissaires, indiquent que le président de la CENI gère seul l’institution, et prend des décisions qui outrepassent ses prérogatives. Les commissaires de l’Opposition ont  révélé  que le président de la CENI  défendait publiquement des positions contraires à ce qui a été retenu lors de la plénière des commissaires. L’un des faits symptomatiques de cette manière de gérer, c’est la sortie médiatique de M. Barry pour annoncer la date du référendum, en violation de la loi électorale », a expliqué M. Dicko qui a réaffirmé le soutien ferme de toute l’Opposition aux cinq commissaires dans leur lutte pour un processus électoral crédible et impartial ».

Concernant la plateforme d’enrôlement des électeurs, M. Dicko a affirmé que l’opposition craint la collaboration entre l’ONI et la CENI. Selon lui, le fichier électoral sera ce que voudra l’ONI car la CENI n’a aucun moyen de contrôle. « L’ONI est entre les mains du pouvoir. L’actuel Directeur général de l’ONI a été nommé à ce poste par le ministre de la Sécurité qui n’est autre que le 1er vice-président du MPP. En clair, avec la fameuse plateforme, le MPP a une mainmise sur le fichier électoral. Or, qui peut manipuler le fichier électoral peut s’assurer de sa victoire à toute élection », a-t-il déclaré.

Quant aux marches organisées par le Mouvement du peuple et le progrès (MPP), M. Dicko s’est réjoui que le parti au pouvoir  ait répondu favorablement à l’appel de l’opposition qui visait à soutenir les Forces de défense et de sécurité (FDS). « Le MPP a organisé récemment des marches à Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, et Manga. Nous nous réjouissons de ce que lui  et sa majorité aient  répondu favorablement à l’appel de l’opposition politique. Ce qui nous a surpris, c’est ce soi-disant soutien aux autorités en place. Cela veut  dire que les manifestants appellent au maintien des ministres incompétents de la Sécurité et de la Défense, dont le limogeage a été réclamé lors de la marche-meeting des forces vives de la nation », a-t-il martelé.

Olivia NANA

(Stagiaire)

Articles similaires

.Sécurité : Le Burkina Faso et la République islamique de Mauritanie envisagent renforcer leur coopération

ActuBurkina

DEMOCRATIE EN AFRIQUE : le Burkina classé parmi « les régimes autoritaires », selon l’EIU

ActuBurkina

Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 27 avril 2022

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR