ActuBurkina
A la une Culture

CRÉATION D’UN MINISTÈRE DÉLÉGUÉ CHARGÉ DE L’ARTISANAT : La Chambre des métiers félicite le Chef du Gouvernement

Le Chef de l’Exécutif burkinabè, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu ce 12 février 2021, une délégation de la Chambre des métiers de l’artisanat du Burkina Faso. Conduite par son président Jacques Anastase Sédogo, la forte délégation est venue d’une part remercier les premières autorités pour la création d’un ministère délégué chargé de l’artisanat, et d’autre part, évoquer les difficultés qui entravent le développement harmonieux de l’artisanat burkinabè.

Le secteur de l’artisanat emploie des milliers de personnes au Burkina Faso et sa contribution à la formation du produit intérieur brut n’est pas négligeable. Conscientes de cela et pour lui donner des possibilités d’accroitre cette participation, les plus hautes autorités ont créé un ministère délégué, depuis la formation du dernier Gouvernement. Les acteurs du domaine sont entièrement satisfaits  de cette décision politique, car désormais, ils sont persuadés que l’artisanat a encore de beaux jours devant lui. C’est pour le dire de vive voix, qu’une délégation de la Chambre de métiers de l’artisanat est venue ce vendredi 12 février 2021 dans les locaux de la Primature.

Pour le président de cette faitière créée depuis 2007, avec pour mission de contribuer à l’organisation et à la modernisation du secteur et des métiers de l’artisanat au Burkina Faso, la création de ce ministère délégué est le couronnement d’une sollicitation de longue date : « c’est un plaidoyer que nous avons fait en son temps auprès du Premier ministre et du Chef de l’Etat, pour que l’artisanat puisse retrouver sa place dans notre pays », a expliqué Jacques Anastase Sédogo.

Après avoir fait connaissance avec le bureau consulaire de ladite Chambre, de nombreux points ont été évoqués avec le Premier ministre. On peut citer entre autres, les difficultés qui entravent la marche de la Chambre, notamment le manque de moyens financiers, l’inorganisation du secteur, l’absence de formation professionnelle…

Dans le but de faire participer pleinement la Chambre des métiers de l’artisanat à l’économie nationale, cette dernière a sollicité la signature avec l’Etat, d’un accord-cadre qui devrait lui donner la possibilité de participer à la commande publique. Les acteurs voudraient ainsi demander au Gouvernement, « son accélération, pour permettre à la Chambre des métiers, d’apporter des services au niveau du secteur de l’artisanat ».

Le Ministère du commerce, tutelle technique de la Chambre des métiers de l’artisanat, avait émis le souhait de rattacher les villages artisanaux au Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO). Cette décision ne requiert pas l’assentiment des acteurs de l’artisanat et au cours de cette audience avec le Premier ministre, le sujet a été abordé : « Nous voudrions que nous discutions pour trouver une meilleure formule pour le rattachement de ces villages artisanaux au SIAO », a dit M. Sédogo. Le bureau de la Chambre des métiers estime par ailleurs qu’il lui revient, en sa qualité d’interface avec l’Etat, de gérer les outils de promotion du secteur de l’artisanat. La requête n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd dans la mesure où, selon le président de la Chambre, le Chef du Gouvernement leur a donné des conseils et les échanges autour de la question devraient se poursuivre avec leur ministre.

DCRP/Primature

Articles similaires

Lettre ouverte de Bassolma Bazié pour la fin de son mandatement: voici la réaction de l’ASCE/LC

ActuBurkina

JOURNEE DE PROTESTATION DU 16 SEPTEMBRE : l’appel du  MBDHP à la mobilisation générale

ActuBurkina

PRESIDENCE DU FASO : l’ambassadeur français fait ses adieux à Roch Kaboré

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR