ActuBurkina
A la une Santé

Collecte de sang au Burkina : Des associations des donneurs réclament un accompagnement

Le mardi 23 août 2022, la Fédération des associations des donneurs de sang bénévoles du Burkina-Faso (FADOSAB-BF) a organisé une conférence de presse à Ouagadougou. Au cours de cette conférence, la FADOSA a appelé à un soutient, pour leurs activités de collecte de sang.

« Malgré nos efforts de mobilisation de ressources, force est de constater que la FADOSAB rencontre d’énormes difficultés en matière de moyens surtout financiers », a déclaré Awa Sangaré, trésorière adjointe de la FADOSAB. Pour elle, le produit sanguin est fortement demandé en cette saison hivernale et en cette période où le paludisme fait ravage. Elle a poursuivi en disant que le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) n’a pas assez de moyens pour accompagner les différentes organisations de donneurs de sang. C’est pourquoi affirme -t-elle, que le bureau exécutif de la FADOSAB a trouvé opportun de tenir l’opinion publique nationale et internationale au courant de ses difficultés.

La FADOSAB a fait appel au soutien du ministère de la Santé et de toutes les organisations qui défendent la cause de la santé, le gouvernement et l’ensemble de ses partenaires pour une meilleure réalisation des collectes de sang. A cet effet, les groupements religieux et coutumiers sont également interpellés.

Jean Bosco Zoundi, président de la FADOSAB a laissé entendre qu’ils ont le devoir de faire des plaidoyers pour de collectes massifs de sang. Il a ajouté que le don de sang est gratuit mais les moyens requis pour sa réalisation sont d’ordre financiers, matériels et humains. L’appui du ministère de tutelle peut également être orienté vers l’amélioration de la collation des donneurs. Le président de la FADOSAB a affirmé le CNTS ne dispose que de trois cars pour les opérations de collecte de sang. Des opérations qui n’ont souvent pour résultats que 15 à 20 poches de sang. Et pourtant la demande de sang est de 300 poches par jour, a t-il insisté

La solution à une collecte massive de sang selon Jean Bosco Zoundi implique les ministres et les directeurs généraux des services afin de motiver leurs agents à y prendre part. Il a conclu que donner son sang est un devoir citoyen et ce serait égoïste de laisser quelqu’un mourir dans un hôpital par manque de sang.

Precious Greis OUEDRAOGO (stagiaire)

Articles similaires

Côte d’Ivoire : les boulangers opposés à la vente du pain dans les boutiques de quartier

ActuBurkina

Luc Marius Ibriga; voici les biens qu’il a déclarés

ActuBurkina

BOUDRY DANS LE GANZOURGOU: un mort après une intrusion dans le camp militaire (radio Oméga)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR