ActuBurkina
A la une

Burkina : Suspension de l’engagement de nouvelles dépenses

Suite au coup d’Etat du 24 janvier 2022, l’engagement de nouvelles dépenses en dehors de quelques-unes, a été suspendu dans le cadre de la gestion courante des affaires.

«Dans le cadre de l’expédition des affaires courantes en général et de l’exécution du budget de l’Etat en particulier, je vous invite à observer la plus grande prudence», a appelé le SG du ministère en charge l’Economie, Seglaro Abel Somé,  dans une note datant du 27 janvier 2022, dont l’AIB a obtenu copie.

Il a invité les secrétaires généraux des ministères et institutions, chargés de l’expédition des affaires,  «sursoir à l’engagement de nouvelles dépenses» en dehors de celles établies, ci-dessous.

Il s’agit notamment : «des dépenses personnel de l’Etat; de la charge financière de la dette ; des dépenses de fonctionnement hormis celles relatives aux séminaires, ateliers, formations, rétributions, et aux dépenses non abouties des exercices antérieurs».

A cela s’ajoutent également, «des dépenses de transferts courants notamment les bourses et les allocations scolaires, frais de cours, subventions sociales, fournitures et consommables ;  des dépenses relatives à l’exécution des projets et programmes financés par des ressources extérieures ; des dépenses de santé ; des dépenses au profit des forces de défense et de sécurité».

«Aucun réaménagement de crédits budgétaires ne sera accordé durant cette période d’expédition des affaires courantes », a signifié M. Somé dans la note.

Ces mesures pour l’exécution du budget de l’Etat s’appliquent aux Etablissement publics de l’Etat (EPE) de leurs départements, a-t-il précisé.

Il en est de même des opérations à imputer aux comptes de dépôt au Trésor public pour les ministères et institutions qui en disposent, a fait savoir le SG.

Par ailleurs, M. Somé a invité les secrétaires généraux des ministères et institutions chargés de l’expédition des affaires courantes, à  bien  vouloir «faire le point exhaustif des dépenses non abouties des exercices antérieurs et les» lui «transmettre pour un meilleur suivi».

En rappel, le Mouvement des patriotes pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) a évincé lundi dernier  du pouvoir, le président Roch Kaboré.

En attendant la formation d’un gouvernement, ce sont les secrétaires généraux des ministères et institutions qui assurent l’expédition des affaires courantes.

Agence d’information du Burkina

Articles similaires

BASSOLMA BAZIE à propos des sit-in jugés illégaux par le gouvernement : « une ambition de manipulation de l’opinion »

ActuBurkina

Accès à l’eau potable: le chiffre porté à au moins 85% en 2025 selon le PM

ActuBurkina

Terrorisme au Burkina : Des femmes combattent aux côtés des terroristes (ministre de la Femme)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR