ActuBurkina
A la une Santé

Burkina : Près de 500 mille têtes de volailles mortes de grippe aviaire 

Le ministre en charge des Ressources animales, Moussa Kaboré a affirmé, vendredi, que près de cinq cent mille (500 000) têtes de volailles sont mortes de grippe aviaire avec la perte de près d’un million trois cent mille d’œufs, évalués à plus de 4 milliards de FCFA,  entre la mi -décembre dernier et le 7 janvier 2022.

« La grippe aviaire a occasionné actuellement au Burkina Faso des mortalités d’environ 500 000 volailles et une perte de 1 million 380 mille 222 plaquettes d’œufs de consommation estimés à environ 4 milliards 780 millions de FCFA, toutes espèces de volailles confondues », a affirmé le ministre en charge de l’Agriculture et des Ressources animales, Moussa Kaboré.

Pour lui, le pays enregistre à date du 7 janvier 2022, 42 foyers confirmés de la grippe aviaire causée par un virus du type « Influenza », répartis dans sept régions du Burkina  Faso.

Aux dires du ministre, il s’agit des régions  de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, du Centre-ouest, du Centre, du Nord, du Centre-sud et du Plateau central.

M. Kaboré s’exprimait vendredi, à Ouagadougou, lors d’un point de presse sur la situation de la grippe aviaire au Burkina Faso, coanimé par son collègue de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Il a expliqué qu’un plan de riposte a été élaboré et mis en oeuvre par le gouvernement pour contrer la propagation de la maladie dans le pays.

A en croire, Moussa Kaboré, il s’agit, entre autres, de l’incinération, de l’enfouissement,  des volailles ou  oiseaux morts, de l’abattage  de toutes les volailles des fermes atteintes par la maladie ainsi que la désinfection des locaux d’élevage.

Selon lui, il existe un plan de surveillance des sites de rassemblement des oiseaux sauvages et  de capture d’oiseaux malades ou blessés pour des besoins d’analyses de laboratoire.

« Les cas suspects ou confirmés de contagion humaine seront isolés et traités conformément au protocole établi. Pour ce faire, les unités d’isolements et de traitement sont mises en place dans les formations sanitaires », a-t-il soutenu.

Moussa Kaboré a, en outre, invité les éleveurs à  appliquer les mesures d’hygiène  pour éviter d’être contaminés par la maladie dans leurs  sites ou fermes respectifs.

A l’entendre, les mêmes mesures de lutte contre la Covid-19 s’appliquent aussi  contre  la grippe aviaire (port du maque, lavage des mains), en cas de contact avec  la volaille, l’animal ou l’oiseau  morts de la maladie.

Le ministre a signalé que la maladie pourrait provenir de certains pays de la sous-région, car selon lui, ceux-ci avaient déclaré à l’Organisation mondiale de la santé animale, des foyers de la  grippe aviaire entre le mois de décembre 2021 et janvier 2022.

Il a exhorté les services vétérinaires  à se mobiliser comme les années antérieures (2006, 2015) en vue de circonscrire la maladie, afin de permettre aux  acteurs de la filière de pouvoir vivre de leurs activités.

D’après M. Kaboré, l’Etat va accompagner les éleveurs, à travers un financement pour la relance du secteur agro pastoral, précisant que cela se  fera par déclaration d’un agent vétérinaire suite à l’abattage ou l’incinération ou enfouissement de leurs volailles.

En rappel, cette réapparition de la grippe aviaire fait suite à celles de 2006 et de 2015

Agence d’information du Burkina

Articles similaires

Procès Sankara : Le tribunal rejette la requête de restitution des effets de Sankara à sa famille

ActuBurkina

CRISE SECURITAIRE: « réunion d’urgence » de l’UNAPOL ce dimanche à 16h

ActuBurkina

BRIGITTE MACRON : une charte de transparence pour clarifier son rôle

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR