ActuBurkina
A la une Société

Bras de fer entre la  CEDEAO et le Mali:  l’Initiative de soutien au peuple malien  exhorte les parties à privilégier la voie du dialogue

Des membres du comité ad hoc de l’Initiative de soutien au peuple malien (ISPM) ont organisé, ce 18 janvier 2022, à Ouagadougou, une conférence de presse pour dénoncer les « sanctions très sévères »  prises par la CEDEAO contre le Mali. Pour l’occasion, ils ont exhorté la junte d’une part, et la CEDEAO et l’UEMOA d’autre part, à privilégier la voie du dialogue. Cette conférence de presse marque le lancement des activités de l’ISPM.

La situation tendue entre la CEDEAO et le Mali ne laisse pas indifférente l’ISMP. Son  comité ad hoc était face à la presse dans la matinée de ce 18 janvier, pour dénoncer les « sanctions très sévères » prises contre le Mali. Pour les conférenciers, ces sanctions  auront un impact  direct sur les populations maliennes déjà durement affectées par les effets négatifs de la crise multidimensionnelle que vit le pays depuis 2012. « Ces sanctions précipiteront le Mali dans une crise humanitaire sans précédent en privant les populations de leurs droits les plus élémentaires », a soutenu le porte-parole du comité ad hoc, Bassolma Bazié. A son avis, ces sanctions, au-delà du Mali, auront des conséquences sur les autres peuples de l’espace CEDEAO au regard des interactions humaines, des échanges économiques et commerciaux, voire des liens étroits qu’entretiennent ces peuples unis par l’histoire et la géographie depuis des siècles. Au regard de la situation, l’ISMP a indiqué que sa démarche vise, d’une part ,à réfléchir sur les voies et moyens devant permettre d’assister le peuple malien et, d’autre part, contribuer à travers une démarche de dialogue pouvant aboutir à la résolution de la crise diplomatique entre le Mali et la CEDEAO. Toutefois,  les conférenciers ont tenu à préciser ceci : « notre Initiative ne vise aucunement à apporter un quelconque soutien à la junte et du reste, nous condamnons les coups d’Etat de même que la mauvaise gouvernance qui en est généralement la source principale ». D’ ores et déjà, l’ISMP a lancé un appel pressant à la CEDEAO et à l’UEMOA à plus de compréhension à l’endroit du peuple malien. L’Initiative a invité les deux institutions à lever les sanctions qui ont un impact direct sur le peuple malien et ceux de la sous-région. Tout en exhortant la CEDEAO, l’UEMOA et les autorités de la Transition malienne à privilégier la voie du dialogue pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, l’ISPM a lancé un appel à la communauté internationale à continuer d’apporter son soutien aux efforts de sortie de crise au Mali.

Pour rappel, l’ISMP est une union de personnalités dans divers  domaines. Elle est apolitique et à but non lucratif, ouverte à toute personne  de bonne moralité sans distinction de nationalité, d’ethnie ou de religion, désirant soutenir la cause du peuple malien  et celui africain. Ses objectifs vise entre autres à contribuer à la réouverture immédiate des frontières maliennes, encourager et exhorter la société civile  malienne à parler de la même voix, à œuvrer à obtenir le dégel des avoirs du peuple malien dans les institutions financières et rechercher la levée des obstacles sur la jouissance des droits fondamentaux du peuple malien.

Colette DRABO

Articles similaires

TUNISIE : Youssef Chahed, le nouveau Premier ministre

ActuBurkina

KONGOUSSI: le vigile d’un lycée  assassiné

ActuBurkina

Burkina: les partis politiques sommés de déclarer leur appartenance à la majorité ou à l’opposition

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR