ActuBurkina
A la une Edito

BLOCAGE DE LA FRONTIERE SENEGALO-GAMBIENNE : Quelle mouche a encore piqué Jammeh ?  

 

En début février, la Gambie avait décidé unilatéralement d’augmenter la taxe douanière versée par tonne de marchandises par les camions sénégalais en transit. Le tarif qui était de 4 000 F CFA est passé à 400 000 F CFA. Face à cette décision provocatrice du président gambien, Yaya Jammeh,  les syndicats et regroupements de transporteurs sénégalais ont imposé un blocus à la frontière des deux pays, provoquant à ce jour, une sorte d’asphyxie de la Gambie. En plus des pénuries de carburants vite survenues en Gambie suite à ce blocus, les commerces frontaliers entre les deux pays sont quasiment à l’arrêt. La Gambie que Léopold Sédar Senghor avait voulu fusionner au Sénégal dans le cadre d’une Confédération dénommée la « Sénégambie », a constamment gardé des rapports  à la limite exécrables avec son voisin sénégalais à cause notamment du jeu subtil et pervers, qu’il a souvent joué entre la Casamance et Dakar.

Jammeh fait montre de diversion

Si fait que dans l’imaginaire collectif, la solution du problème casamançais passe par la Guinée Bissau, mais surtout par la Gambie. En outre, beaucoup d’opposants gambiens, accusés d’être les artisans de coups d’Etat en Gambie, sont réfugiés au Sénégal. Yaya Jammeh supporte mal que son voisin offre l’asile à ses adversaires ou ennemis. On se souvient que sur les 9 migrants que le régime gambien a envoyés ad patres en 2015, figuraient 2 Sénégalais. Il y a comme une continuité de la logique de  tension entre les deux pays voisins.  Yaya Jammeh semble décidé à créer des ennuis au président sénégalais Maky Sall. En augmentant follement les tarifs douaniers, la Gambie foule au pied les règles du commerce international et devrait être sanctionnée pour cela. Si dans sa quête de solutions, Yaya Jammeh s’est retourné vers une institution communautaire comme la CEDEAO pour laquelle il a peu de considération, c’est parce qu’il se sent acculé. Les Gambiens étoufferont si le blocus frontalier avec le Sénégal doit durer. Une fois de plus, Jammeh qui a beaucoup de problèmes domestiques à résoudre, fait montre de diversion, espérant avoir l’union sacrée du peuple autour de lui. On attend de voir si les officiels sénégalais et gambiens arriveront à trouver une solution à cette crise sans passer par la case CEDEAO pour laquelle le dictateur de Banjul a très peu de considération.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

Meeting du 31 octobre : la FBFMP-SP s’insurge contre la sortie de la CGT-B

ActuBurkina

Réquisitions pour le front : le Faso Autrement proteste

ActuBurkina

MALI : Amadou Toumani Touré annoncé à Bamako pour le 24 décembre prochain

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR