ActuBurkina
A la une Société

ARNAUD BOUDA, membre de la CRSE/Centre: « Il est difficile de ne pas croire que ce sont des règlements de comptes »

La conférence de presse organisée par la Coordination régionale des syndicats de l’éducation (CRSE)/Centre,  le 5 septembre 2019, à Ouagadougou, avait pour but de « dénoncer la mauvaise gestion des personnels de l’éducation à travers le redéploiement orchestré » par le ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN). Les conférenciers ont lancé un appel aux autorités à abandonner ce redéploiement qui s’apparente à « des règlements de comptes ».

Les  personnels de l’éducation sont très remontés contre le redéploiement effectué par leur département de tutelle. En tout cas, ils ne sont pas prêts à l’accepter et entendent user de tous les moyens pour « se dresser contre». Selon  la CRSE/Centre, plusieurs irrégularités entachent  ce « redéploiement orchestré par le MENAPLN » qu’elle soupçonne d’avoir un agenda caché. Non-respect des critères contenus dans le guide des affectations pour nécessité de service,  affectations  des enseignants plus anciens en lieu et place des moins anciens, affectations  de professeurs de mathématiques en qualité de professeurs de français-anglais, affectations de personnels pourtant affectés au Centre pour raison de santé, etc sont entre autres irrégularités relevées par la CRSE/Centre, au cours de sa conférence de presse. Pour la CRSE/Centre, au regard de tous les couacs,  l’autorité gagnerait à abandonner purement et simplement cette question afin qu’elle soit traitée une bonne fois pour toutes, de concert avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE). « Aujourd’hui, il est difficile de ne pas croire que ce sont des règlements de comptes qui sont faits. A travers ce que nous avons comme information de nos camarades, c’est comme si c’était de la persécution… Nous ne pouvons pas concevoir qu’on gère le personnel  de cette façon… Il y a autre chose que seul le gouvernement connait en agissant de la sorte. Nous estimons qu’il faut simplement tout  suspendre, renouer le dialogue avec la CNSE pour traiter ensemble la question afin que plus jamais les personnels de l’éducation ne soient angoissés parce que ne sachant pas en quelle année on va leur parler de ces questions d’affectations. Il faut que tout soit clairement défini une bonne fois pour toutes, et chacun saura à quoi s’en tenir », a martelé le responsable à l’information et à l’organisation, Arnaud Bouda.  « Si le gouvernement revient sur la question du  redéploiement pendant que des points du protocole sont en souffrance, nous estimons que ce redéploiement a d’autres visées. Parce que des responsables syndicaux sont concernés, et l’organisation mise en place  sera disloquée. Il veut profiter pour éloigner ceux qui ne peuvent pas se taire. La rentrée est là, on ne sait pas comment va-t-elle s’annoncer, mais c’est le gouvernement qui a la solution », a laissé entendre M. Bouda pour  qui le redéploiement n’est pas la solution aux problèmes que connait l’école burkinabè. « Ce sont les classes qui manquent…il ne faut pas déplacer le problème », a-t-il affirmé. Par ailleurs, il a confié que contrairement à ce que les autorités veulent faire croire à l’opinion, qu’il y a une pléthore d’enseignants surtout au Centre, cela n’est pas vrai  car  les différents besoins exprimés par la région font état d’un déficit de « plus de 600 enseignants » que  le gouvernement doit trouver pour le Centre.

En tout état de cause, la coordination régionale  a dit avoir arrêté un certain nombre de perspectives au cours de son assemblée générale du 28 août 2019 lesquelles  se résument entre autres en l’annulation pure et simple des notes d’affectation, la suspension du processus des affectations pour nécessité de service 2019.  « Si rien n’est fait, nous allons mettre en application les autres perspectives et d’ores et déjà, nous avons demandé à nos militants, à tout le personnel de ne pas prendre les notes d’affectation et de boycotter les activités de la rentrée », a prévenu le coordonnateur. Par ailleurs, les conférenciers ont lancé un appel aux autres régions à se dresser contre ce redéploiement.

Colette DRABO

Articles similaires

SITUATION NATIONALE: Voici le communiqué de la présidence du Faso

ActuBurkina

RENCONTRE GOUVERNEMENT/SYNDICATS : le rendez-vous du 16 décembre n’a pas eu lieu

ActuBurkina

ETATS-UNIS : plus de 100 victimes d’armes à feu à Chicago en un seul week-end

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR