ActuBurkina
A la une Edito

APPEL A LA RESISTANCE AU GABON: Jean-Ping sera-t-il entendu ?

Jean-Ping, le challenger du président gabonais, Ali Bongo, a appelé les Gabonais à la résistance. En effet, depuis la confirmation des résultats de l’élection présidentielle par la Cour constitutionnelle, Jean Ping qui a rejeté la victoire d’Ali Bongo, continue de se poser comme président élu du Gabon, tout en appelant la Communauté internationale à jouer son rôle pour, selon lui, faire respecter le choix des Gabonais qui, à ses dires, l’ont porté à la tête du Gabon. Avec la mise en place d’un Comité de résistance, Ping entend ainsi faire reculer le pouvoir gabonais. Il semble du reste avoir adopté une position qui laisse croire qu’il se prépare à une résistance farouche, durable et organisée, pour espérer renverser la situation en sa faveur, avec les soutiens extérieurs sur lesquels il compte jusque-là.  L’appel lancé aux Gabonais à ne pas aller au travail le 6 octobre dernier, a porté ses fruits, selon l’opposition, même si le camp présidentiel a ferraillé pour faire échouer cette forme de résistance. Environ 15% des travailleurs du privé ont répondu à l’appel, avec un peu moins de ce pourcentage dans le public où ceux qui auront respecté le mot d’ordre de Jean-Ping, ont subi des sanctions du pouvoir gabonais. Raison pour laquelle ceux qui ne voient pas d’issue favorable pour Ping dans ce duel, pensent que le vin est tiré et qu’il faut le boire. Une façon de dire que rien ne viendra changer le cours des évènements, et que donc Ali Bongo restera le président élu, quoi qu’il soit privé des soutiens de la Communauté internationale. D’ailleurs, cette Communauté

internationale n’a jamais pu chasser un président contesté du pouvoir, comme Jean Ping le souhaite pour le Gabon. Exception faite du cas ivoirien, en l’occurrence Laurent Gbagbo ! C’est dire que, comme beaucoup le croient, rien ne fera partir Ali Bongo du pouvoir, sauf soulèvement populaire ou coup de force. Rien de cela, au regard de la situation, n’est envisageable. L’essentiel de l’armée est sous la botte d’Ali Bongo. La population gabonaise n’est pas prête à affronter l’armée ni les forces de sécurité déployées sur le terrain, au risque de décupler le nombre de pertes en vies humaines. Elle est plutôt préoccupée à faire des provisions au gré de l’évolution de la situation politique du pays pour mieux se terrer, si la situation venait à empirer. Et l’économie gabonaise est alimentée par des entreprises françaises notamment. Ali Bongo peut donc faire chanter la France dans le dessein de l’obliger à assouplir sa position vis-à-vis de lui, ce qui, naturellement, fragilisera l’opposant Ping. Le pouvoir gabonais peut aussi faire vibrer la fibre nationaliste au détriment de Ping qui s’appuie sur la Communauté internationale qu’il appelle à venir trancher définitivement un litige politique et débarquer un président élu.

 Tout dépendra des stratégies de manœuvre d’Ali Bongo

 Le temps joue contre les deux camps. Contre le camp de l’opposition car la lutte des opposants à la résistance, pourrait en effet s’essouffler. Contre le camp Bongo aussi, dans la mesure où le pourrissement de la situation peut réserver des surprises, en termes de retournements de veste. Le dénouement de la situation dépendra donc des stratégies que le président Ali Bongo utilisera à l’avenir. La capacité de celui-ci à manœuvrer pour obtenir la paix, peut faire baisser les tensions et apaiser les esprits. Pour cela, Ali Bongo doit adopter un comportement de rassembleur, c’est-à-dire cesser d’emprisonner à tour de bras les opposants et partisans de Ping. Cela pourrait militer en faveur de l’organisation effective de la CAN prévue pour se tenir au Gabon. Le sport pourrait créer une sorte d’union sacrée entre les Gabonais par pur esprit de patriotisme, ce qui profitera au camp Bongo. En tout cas, en attendant, l’évolution de la situation nous dira si Jean-Ping joue au funambule dans sa volonté de délégitimer Ali Bongo.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

COVID-19 au Burkina : 334 nouveaux cas et 4 décès, du 29 novembre au 5 décembre

ActuBurkina

France: Koffi Olomidé relaxé en appel pour agressions sexuelles, condamné pour séquestration

ActuBurkina

REVISION DU CODE ELECTORAL : la loi adoptée avec 107 voix pour  

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR