ActuBurkina
A la une Culture Vie de stars

AMZY, artiste- rappeur burkinabè : « J’invite les mélomanes à sortir massivement pour chanter notre liberté »

Après son concert du 15 mai 2021 au Palais des sports de Ouaga 2000 qui a refusé du monde, l’artiste rappeur Amzy, de son vrai nom Hamza Ganem, veut relever cet autre défi : celui de faire le plein du stade municipal Issoufou Conombo, à Ouagadougou. Dans cet entretien ci-dessous réalisé le 19 février 2024, le « Gandaogo » donne rendez-vous à tous les mélomanes ce 24 février, à 18h pour un show inédit. 

 On entend des mélomanes vous appeler « Gandaogo ». Dites-nous d’où est venu ce surnom ?

C’est parce que je n’ai pas ma langue dans la poche que les gens m’ont surnommé ainsi. C’est le même surnom qui avait été donné à feu Georges Ouédraogo, le « Gandaogo national ».

L’actualité, c’est sans conteste votre concert du 24 février prochain au stade Issoufou Conombo. Comment vont les préparatifs à ce jour ?

Les préparatifs vont bon train et on espère que ce jour-là, le public va sortir massivement et que les résultats escomptés seront à la hauteur des attentes.

Le stade municipal est un autre défi que vous entendez relever après votre concert au Palais des sports de Ouaga 2000. Etes-vous confiant de ne pas taper poteau ?

Je peux dire que je suis confiant parce que c’est une suite logique. Après le Palais des sports, il fallait trouver un espace plus grand étant donné que le stade municipal fait trois ou 4 fois le Palais des sports. Et je sais qu’au fil des années, je me suis fait une plus grande communauté donc je pense que le défi sera relevé.

 Après ce concert de Ouaga, y en a-t-il de prévu dans d’autres localités du pays ?

Je n’ai pas encore fixé de date mais après Ouaga, j’irai dans d’autres localités du pays certainement pour continuer à faire la promotion de mon album sorti en fin d’année 2023.

Seras-tu accompagné par des artistes lors de ce concert ?

Bien sûr. Il y aura presque tous les artistes en vogue du pays. Je ne citerai pas de nom mais je donne rendez-vous pour ce 24 février à 18h, pour 1h 30 mn de prestation.

Vos featuring avec Nabalum, Greg, Kayawoto, etc ont connu de vrai succès. Entrevoyez-vous d’autres featuring avec d’autres artistes ?

Effectivement il y a des feats qui ont eu du succès et il y a bien d’autres dont je n’ai pas encore pu faire la promotion et que je compte faire. Il y a des feats en vue surtout à l’international sans oublier qu’il y a déjà eu des featuring avec Serge Benaud et Dj Mix Premier de la Côte d’Ivoire. Pour le dernier album, c’était avec KO-C du Cameroun, Blacky du Burkina et Blem. Donc il y a beaucoup de feats et il y en aura encore à l’avenir car j’aime beaucoup les collaborations.

Et pourquoi ce « penchant » pour les featuring ?

Les featuring sont des moments de partages d’expériences et aussi de fans Buzz comme on aime le dire. Et moi j’aime partager et recevoir en retour. C’est toujours bon de s’asseoir avec quelqu’un afin de trouver ce qui vous manque et apporter un plus à l’autre également. D’où ces nombreuses collaborations.

Comment se porte le RAP au Burkina Faso aujourd’hui ?

Au-delà du RAP, quel regard avez-vous sur la musique burkinabè de façon générale ?

Je dirai que c’est compliqué parce qu’il y a des questions que nous nous posons mais qui sont sans réponses. Pourquoi notre musique n’est pas exportée, par exemple ? C’est une question que l’on se pose et on espère qu’une solution sera trouvée. Je pense que mon concert du 24 février prochain marquera le début d’une autre aventure pour moi. Avec un tel concert, si vous le réussissez, cela fait votre promotion au-delà des frontières. On a besoin de ce genre de chose pour pouvoir nous imposer ailleurs. Il faut arriver à prouver que chez soi, on est adulé, qu’on a une communauté forte qui nous soutient et cela ouvre bien des portes.

Le grand rendez-vous avec les mélomanes, c’est le 24 février prochain. Quel est le message à l’endroit de vos fans ?

 

Entretien réalisé par Colette DRABO

 

 

 

Articles similaires

Mali : Les Etats-Unis restituent plus de 900 objets « pillés illégalement »

ActuBurkina

PUTSCH DE 2015  : la condamnée Minata Guelwaré meurt des suites de maladie  

ActuBurkina

Grand banditisme : La Police Nationale met fin aux activités de trois réseaux de présumés délinquants opérants avec des armes.

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR