ActuBurkina
A la une Santé

AMELIORATION DE L’OFFRE SANITAIRE: le RAME renforce la veille citoyenne

Le Réseau accès aux médicaments essentiels (RAME) a initié une rencontre le 2 novembre 2018 à Ouagadougou pour informer l’opinion du lancement officiel de l’Observatoire citoyen sur l’accès aux services de santé (OCASS) phase 2.

 « Améliorer l’accès à des soins de qualité par les populations en général, les femmes et les enfants en particulier, grâce au renforcement de l’observatoire communautaire au Burkina », tel est l’objectif attendu de la phase 2 de l’Ocass. Le représentant du PCA du Rame,  Kader Dondassé, s’est réjoui du fait que le Rame soit  lauréat pour la seconde fois, en ce sens qu’il s’agit d’un prolongement suite à une évaluation qui a démontré l’efficacité des observatoires dans le renforcement du système de santé. Durant la cérémonie de lancement, le représentant du PCA  a émis deux doléances à l’endroit des ministères en charge de l’économie numérique et celui de la Santé. « Je demande à la ministre de l’économie numérique de nous appuyer pour faciliter l’intégration des TIC dans le système de collecte lors des négociations avec les différentes institutions de régulation des TIC. Au ministre de la Santé, je voudrais demander son appui pour une intégration efficace de l’observatoire dans le paysage institutionnel du système de santé. En effet, l’observatoire ne devrait pas être vu comme un instrument de dénonciations des dysfonctionnements des services, un instrument qui fait peur aux agents de santé, mais un outil d’aide à la prise de décision pour améliorer le système de santé », a-t-il demandé.

A en croire le directeur exécutif du RAME, Simon Kaboré, le RAME a décidé pour cette 2e  phase de l’Ocass, de permettre à tout citoyen rencontrant des difficultés  au niveau des systèmes de santé ou voulant  encourager un agent de santé pour son travail,  de pouvoir saisir le RAME. « Dans ce sens,  nous avons prévu de multiplier les voies  de saisie de l’Observatoire,  dont notamment des possibilités de nous contacter par SMS pour signaler les cas de dysfonctionnement », a-t-il dit. Aussi a-t-il laissé entendre que le Rame a décidé  d’expérimenter la certification communautaire des centres de santé par les usagers eux-mêmes. « Nous voulons que ce soit les communautés qui aient le pouvoir, qui jugent les centres de santé et  les certifient au lieu de services aptes à le faire », a-t-il conclu.

Pour sa part, le ministre de la Santé représenté par son conseiller technique, Arouna Kadio, a fait savoir que l’OCASS est un outil important pour son ministère car il contribue au rôle de veille et d’interpellation des décideurs à améliorer l’offre de soins au Burkina Faso. « Ce suivi citoyen permet de disposer d’informations stratégiques pour améliorer la qualité des services de prise en charge du paludisme, du VIH et de la tuberculose et de façon globale l’offre de soins dans les centres de santé », a-t-il déclaré.

Pour le représentant du ministre de la santé,  l’innovation de ce projet est qu’il intègre les TIC pour permettre aux citoyens de jouer leur rôle réel d’interpellation de l’autorité sanitaire. M. Kadio  a rassuré le RAME quant à l’accompagnement technique de son département à l’Ocass.

Olivia NANA

(Stagiaire)

Articles similaires

RENDEZ-VOUS MANQUE DE TAHIROU BARRY A L’EMISSION « SUR LA BRECHE »: la réaction de la rédaction de la Télévision nationale

ActuBurkina

Retour de Blaise Compaoré: « L’impunité nourrit le terrorisme »

ActuBurkina

Abattage des espèces protégées: 14 défenses d’éléphants saisies  à Ouagadougou

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR