ActuBurkina
A la une Politique

AFFAIRE COUP DE FIL DE ROCH A BLAISE : une « polémique stérile relevant de la diversion et de l’intoxication », selon Simon Compaoré

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a animé, ce 8 août 2016, à Ouagadougou, un point de presse qui a porté sur la situation nationale. Cette rencontre avec les hommes de médias s’est déroulée en du 2e  vice-président du parti, Simon Compaoré.

Trop d’encre et de salive ont coulé ces derniers temps sur l’évolution de la situation nationale. En effet, plusieurs partis d’opposition ont décrié la gestion actuelle du Burkina Faso par le nouveau pouvoir. Comme il fallait s’y attendre, le MPP, parti au pouvoir, a tenu à réagir suite aux nombreuses critiques formulées à l’endroit du président du Faso et son gouvernement. Le 2e  vice-président du MPP, Simon Compaoré, a indiqué que son parti approuve les nouvelles mesures fiscales proposées en vue d’élargir l’assiette fiscale et d’accroitre les recettes. « Le parti prend acte du souci d’équité et de justice sociale liés à ces taxes, qui concernent les couches les plus aisées de nos populations », a-t-il  dit.

En ce qui concerne la loi portant allègement des conditions d’exécution des projets, programmes et activités de développement, le ministre d’Etat a affirmé la solidarité de sa formation politique à cette loi. Par ailleurs, le MPP a exhorté le gouvernement à la vigilance quant à la transparence qui doit être constatée à tout moment dans la mise en œuvre de ces procédures.

 Il n’a pas manqué de saluer la tenue de la 5e  conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, dont les retombées  sont incalculables pour le bien-être des populations des deux pays. « La particularité de ce traité s’illustre de par sa profondeur et son caractère multidimensionnel, notamment par le traitement des préoccupations de défense et de sécurité, de droits humains, de cohabitation harmonieuse entre populations… », a-t-il relevé.

Comme il fallait s’y attendre,  le supposé coup de fil entre le président Roch Marc Christian Kaboré et Blaise Compaoré s’est invité à la table des échanges. Selon Simon Compaoré,   « cette polémique relève de la diversion et de l’intoxication » avant d’ajouter : « Le parti réaffirme son soutien au Président du Faso sur ses positions maintes fois exprimées sur l’ancien président déchu qui devra répondre de ses actes devant la justice burkinabè ».

Le PNDES pour sortir du marasme économique

Simon Compaoré a souligné que l’avènement de l’insurrection populaire ne rime pas avec un bien-être immédiat pour tout un chacun comme le pensent certains acteurs de la scène politique burkinabè.  A son avis, l’insurrection  est semblable à la réaction de l’organisme à une pathologie, mais elle n’en est pas le remède.  C’est pourquoi il a salué l’adoption par le gouvernement du Plan national de développement économique et social (PNDES), lequel vise à « sortir enfin notre pays du marasme économique dans lequel il est plongé depuis longtemps ».

Revenant sur les dernières sorties médiatiques du président de Le Faso Autrement, Simon Compaoré  a confié que  Ablassé Ouédraogo devrait faire profil bas au regard des revers que son parti a connus lors des derniers rendez-vous électoraux.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

(Stagiaire)           

Articles similaires

Mali : l’exportation du riz, du mil, du sorgho…interdite

ActuBurkina

RECRUTEMENT D’UN RESPONSABLE SUIVI EVALUATION

ActuBurkina

TELEPHONIES MOBILES EN AFRIQUE : Plus d’un demi-milliard d’abonnés d’ici 2020

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR