ActuBurkina
A la une Santé

ADMINISTRATION DE LA VITAMINE A  AUX ENFANTS: la 2e campagne nationale des JVA+ a démarré depuis le 3 décembre

La cérémonie de lancement de la deuxième campagne nationale de la mise en œuvre des « Journées Vitamine A plus (JVA+) » : supplémentation en Vitamine A, dépistage de la malnutrition aigüe chez les enfants de 6 à 59 mois et déparasitage des enfants de 12 à 59 mois s’est déroulée le 3 décembre 2020 au district sanitaire de Nongr-Massam,  à Ouagadougou.

C’est parti pour la deuxième campagne de passage des Journées vitamine A+. C’est la ministre de la Santé Pr Claudine Claudine Lougué/Sorgho, qui a procédé, le 3 décembre, au lancement de ces journées, au CSPS de Wayalghin à Ouagadougou. Ce deuxième passage des journées Vitamine A+ va consister à faire du porte à porte pour administrer à plus de 3 millions d’enfants âgés de 6 à 59 mois de la vitamine A. En plus de  la supplémentation en vitamine A, il y aura une administration de produits déparasitants (mebendazol 500mg, albendazol 400mg) pour les enfants de 12 à 59 mois. L’administration des vitamines A+ vise, selon Estelle Bambara, directrice de la nutrition du district sanitaire de Wayalghin, à  renforcer le système immunitaire des enfants et de protéger leur vision, vue que la vitamine A+ contient des rétinols. Aussi, a-t-elle dit, déparasiter les enfants durant cette campagne est un moyen pour lutter contre les vers intestinaux qui sont à l’origine des maladies infectieuses.

Estelle Bambara a indiqué que lors de ce passage, l’état de nutrition des enfants sera dépisté à travers la mesure du périmètre brachial. Cela va permettre de prendre des précautions ou de suivre les enfants en cas de malnutrition, a-t-elle laissé entendre.  Selon le ministère de la Santé, la carence en vitamine A peut-être cause de mort ou de cécité car elle diminue la résistance des enfants aux infections. A en croire le rapport des Enquêtes Modulaires Démographique et Santé (EMDS) en 2015, le taux de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans est estimé à 82% pour mille. Ce qui, selon le ministère de la santé, est en grande partie dû à la carence en vitamine A. Par ailleurs, toujours selon le ministère, une étude a permis de démontrer que l’amélioration du statut en vitamine A des enfants de 6 à 59 mois augmente leur survie en réduisant de 25% le taux de mortalité.

Cette cérémonie de lancement s’est suivie d’une sortie de terrain au cours de laquelle la  ministre et ses partenaires de la santé de l’enfant, l’UNICEF, etc. ont administré de la  vitamine A+ et des déparasitants à des enfants et de prendre également  leur mesure brachiale. A la fin de la séance pratique, la  ministre a encore insisté sur l’importance de la vitamine A dans la survie des enfants et indiqué que le ministère de la santé s’est engagé à améliorer la santé de la mère, de l’enfant, du jeune enfant, de l’adolescent et du nourrisson. Cette deuxième campagne qui se déroule dans un contexte de COVID a été le lieu pour Claudine Lougué d’inviter les agents de santé à plus de prudence et au respect des mesures barrières dans l’exercice de leur fonction durant cette campagne de terrain.

Elle a terminé en remerciant l’ensemble des partenaires de son département. Cette campagne va concerner plus de 3 millions d’enfants et va durer en fonction des publics cibles et des zones, 4 jours en zone urbaine et un mois en zone rurale.

Fatimata COMPAORE

(Stagiaire)

Articles similaires

CONSEIL SUPERIEUR DE LA MAGISTRATURE : l’UNIR/PS exige « qu’une suite conséquente soit donnée » à son rapport

ActuBurkina

ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR LE FONCIER URBAIN: ce que dit le rapport de synthèse

ActuBurkina

SIDA: le virus éliminé chez des souris

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR