ActuBurkina
A la une Politique

ACHILLE TAPSOBA, PRESIDENT PAR INTERIM DU CDP: « si le MPP ne sait pas où aller, qu’il nous remette le pouvoir … »

Le président par intérim du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Achille Tapsoba, a animé ce  8 septembre 2016 à Ouagadougou une conférence de presse pour donner les positions du parti sur l’évolution de la situation nationale.

«  Neuf mois après son accession au pouvoir, le MPP et le président Roch Marc Christian Kaboré n’arrivent pas à proposer des solutions à tous ces problèmes qui suffoquent et étouffent le peuple du Burkina Faso ». C’est par  ses propos que le président par intérim du CDP, Achille Tapsoba,  a marqué le début des échanges avec les Hommes de médias. Selon lui,  au lieu que  les premières autorités songent à  trouver des réponses aux préoccupations minimales des populations,  elles  se livrent à des bagarres par OSC interposées. Revenant sur les difficultés du gouvernement actuel à trouver un accompagnement financier conséquent pour la relance économique du pays, Achille a affirmé  que si le MPP n’a pas de solutions,  qu’il remette le pouvoir au CDP. «  Si le MPP ne sait pas où aller,  qu’il nous remette le pouvoir,  nous on sait où on va », a-t-il dit. Il a décrié aussi le fait que les dirigeants actuels s’acharnent sur le CDP à travers un faisceau d’actes politico judiciaires, en lieu et place de recherche de solutions adéquates. Interrogé sur le projet de conférence des insurgés initiée par le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin Diabré, le président par intérim du CDP a confié que ce dernier   est libre en tant qu’homme politique d’engager des actions qu’il juge nécessaires pour la vie politique nationale. «  Nous ne sommes pas des insurgés mais nous entretenons de bonnes relations avec des insurgés au sein du CFOP », a-t-il mentionné.

 « Nous assumons notre passé, de même que nos points de vue »

 Il  n’a pas manqué de souligner  que les militants de son parti assument les 27 ans de pouvoir de Blaise Compaoré, contrairement à certains qui renient leur passé. La question des dernières comparutions des ministres  du dernier gouvernement de Blaise Compaoré s’est invitée aussi sur la table des échanges. A ce sujet,  Achille Tapsoba a souligné que son parti n’est pas opposé au fait que ses militants rendent comptes  à la justice mais souhaite simplement que cela se fasse dans les règles de l’art. Quant au Programme national de développement économique et social (PNDES), le président intérimaire  a déclaré que ce programme peut être bien, mais la véritable difficulté se trouve au niveau du politique parce que  « les autorités actuelles n’arrivent à trouver les financements pour ce programme et c’est là tout le problème ». Et à Achille Tapsoba d’ajouter : « Un programme de développement  a beau être pertinent, si vous ne trouvez pas les moyens pour le financer,  il n’a plus de sens ». Concernant la crise  post-électorale  qui  sévit au Gabon, M. Tapsoba a laissé entendre que son parti reste attaché à l’esprit du dialogue pour décrisper la situation.

Sougrinoma Ismaël GANSORE

 (Stagiaire)

Articles similaires

MALI : IBK au bercail après un séjour médical aux Emirats arabes unis

ActuBurkina

Burkina : révision du code électoral en l’absence des députés de l’opposition

ActuBurkina

Attaque meurtrière d’Inata : le Mouvement de la libération exige de départ du président Roch Kaboré

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR