ActuBurkina
A la une Politique

Achille Tapsoba à propos des militants suspendus au  CDP : « quand on est responsable d’un acte, il faut être prêt à  l’assumer »

Des responsables du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont animé une conférence de presse ce 25 octobre 2021, à son siège à Ouagadougou. Les sanctions de trois militants survenues la semaine écoulée, la lettre du président d’honneur, Blaise Compaoré appelant au calme,  sont entre autres points abordés au cours de la rencontre.

Trois militants du parti ont été suspendus pour une durée de 6 mois du parti. Face à la presse ce 25 octobre, les responsables du parti ont jugé leur acte d’inadmissible, à ce titre, ils doivent en assumer les conséquences. « Quand on est responsable d’un acte, il faut être prêt à  l’assumer et non se tourner dans les circonvolutions de certains textes pour se couvrir après avoir commis un acte. Ceux qui se sont mis dans cette position devraient savoir que les textes interdisent de venir agresser son propre siège quel que soit le motif. Il y a des limites », a martelé Achille Tapsoba, 1er vice-président du CDP. Pour lui,  le respect d’un parti commence par le respect des textes, des organes et des instances. « C’est dans les instances du parti que se traitent, se discutent et se règlent les problèmes du parti », a-t-il dit ajoutant que « le militant qui sait que sa participation au parti n’est pas liée à une conviction qui l’oblige à respecter les textes du parti…est un danger pour le parti, pour tout parti ».

A la question de savoir  si ne n’est pas un désaveu du président d’honneur en ce sens que malgré sa lettre, les sanctions ont été prononcées, Achille Tapsoba a répondu :  « Non ce n’est pas un désaveu ». Il a ajouté que le président d’honneur a joué son rôle car ayant  « la possibilité d’intervenir lorsqu’il le juge nécessaire donc l’un dans l’autre, chacun fait son travail ».

Quant à la question des démissions,  il a indiqué que le CDP « est un parti vivant ». « Nous avons des moments d’élévation, des moments de difficulté. L’essentiel est de persévérer dans l’existence et nous persévérons dans l’existence. Nous nous portons bien. L’expression des différences prouve qu’il y a la démocratie au sein du parti. Un parti politique est une association politique d’hommes et de femmes libres politiquement. Libres d’y entrer et libres d’en sortir », a-t-il laissé entendre.

Il faut noter que le  parti tiendra son 8e congrès ordinaire les 4 et 5 décembre 2021. A ce titre, le président du parti, Eddie Komboïgo, a procédé à l’installation des membres du comité d’organisation du congrès qui sera chapeauté par Achille Tapsoba.

Colette DRABO

 

Articles similaires

Affaire Ousmane Guiro : le procès renvoyé à la prochaine session de la Chambre criminelle

ActuBurkina

ANGOLA : une bousculade dans un stade fait 17 morts

ActuBurkina

Double scrutin de 2020 au Burkina : « ces élections ont été exceptionnelles » (CODEL)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR