ActuBurkina
A la une Santé

2e session ordinaire 2022 du CES : l’accès des populations à des soins de santé de qualité au menu

La cérémonie d`ouverture de la 2e session ordinaire du Conseil économique et social (CES) qui se tient du 20 septembre au 17 octobre 2022, a eu lieu ce 20 septembre 2022,  à Ouagadougou. « Soins de qualité dans les services de santé au Burkina Faso : quelles stratégies pour un meilleur accès des populations ? ». C’est sous ce thème que se mèneront  les réflexions durant les 4 semaines de session.

Ce n’est un secret pour personne. Le système sanitaire burkinabè fait face à d’énormes difficultés. Insuffisance de l’offre de santé par rapport à la demande,  insuffisance des agents de santé, mauvaise qualité des soins,  faible niveau de motivation des agents de santé,  accès insuffisant aux produits essentiels de qualité, sont entre autres maux que connait le système sanitaire burkinabè.  Ainsi, pour avoir mené un travail préalable de terrain, notamment des entretiens auprès d’acteurs publics, privés et d’Organisations de la société civile ainsi que de personnes ressources dans six 6 régions administratives du pays, les 90 compétences du CES ont décidé de mener la réflexion en vue d’aboutir à des solutions pour un accès des populations à des  soins de qualité et en quantité.

Pour Blaise Augustin Hien, vice-président de CES, chargé du thème retenu pour la présente session, la  problématique est d’un intérêt majeur de développement. Selon lui, la santé de qualité à moindre coût est un indicateur de base pour placer un pays dans un élan de prospérité socio-économique. A ce titre, à l’en croire, il va inverser la tendance de notre système de santé qui rencontre globalement des faiblesses. Comment faire de la couverture sanitaire une réalité au Burkina Faso ? Comment accéder aux soins de qualité pour tous et en tout ? Comment éradiquer le phénomène des médicaments dits de la rue et tous ces produits de provenance et de qualité douteuse qui envahissent nos contrées ? Comment capitaliser et valoriser nos savoirs endogènes en matière de santé ? Comment disponibiliser le médicament à moindre coût ? », sont des questions auxquelles le CES  entend apporter des pistes de réponses.  C’est pourquoi, au regard de l’importance du thème, le président du CES, Bonaventure Ouédraogo, a exhorté les conseillers à mettre à profit leurs expériences afin de formuler des recommandations concrètes, pratiques, réalistes et réalisables qui  auront un « impact concret et vrai » sur les populations burkinabè.

Mme Zongo

(Stagiaire)

Articles similaires

LE COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 MARS 2016

ActuBurkina

MASSACRE DE YIRGOU : la CNDH et des OSC pour l’organisation d’obsèques nationales en mémoire des disparus

ActuBurkina

Élection présidentielle au Burkina : 23 candidatures reçues par la CENI

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR