ActuBurkina
A la une Politique

POE NAABA, VICE-PRESIDENT DU MODEM : « Je ne serai pas gêné de travailler avec quelqu’un de l’UPC, cela est différent de retourner à l’UPC »

Le Mouvement Démocrate (MODEM) a, au cours d’une conférence de presse animée ce 19 janvier 2021, annoncé la tenue de son tout 1er congrès extraordinaire qui aura lieu, les 22 et 23 janvier prochains à la Maison du peuple de Ouagadougou. Un point de presse au cours duquel les organisateurs, avant de dévoiler les grandes lignes qui sous-tendent l’activité, ont présenté les membres du comité d’organisation. Aussi, le vice-président du Mouvement, le Poé Naaba, Justin Compaoré, ancien membre du Bureau politique national (BPN) de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a fait des révélations sur son ancienne famille politique.

 

« Ensemencement d’une véritable démocratie et stratégies endogènes pour la conquête des municipalités ». C’est sous ce thème que Mouvement démocrate (MODEM) tiendra son tout premier congrès extraordinaire depuis sa création. Congrès extraordinaire parce que le comité qui sera mis en place sera investi d’une mission spéciale qui est celle de la relecture des textes du parti en attendant le congrès ordinaire. Selon Aimé Pascal Rouamba, Président du Comité d’organisation (PCO), durant 48 heures, les congressistes se pencheront sur l’organisation des élections municipales, l’amendement et l’adoption des textes du parti. Les congressistes auront à prendre des résolutions et des recommandations sur la vie du Mouvement.

Pour le choix du thème, le Poé Naaba, se veut on ne peut plus clair, « nous n’avons pas l’ambition de refaire une démocratie nouvelle ». Pour lui, toute forme de démocratie a besoin d’être toujours améliorée. Au regard des élections municipales qui s’annoncent, le MODEM dit avoir l’ambition d’engranger des résultats et diriger des mairies. C’est pourquoi, précise-t-il, ce congrès extraordinaire s’annonce comme un vivrier de l’implantation véritable du MODEM mais surtout permettra au parti de renouer avec le peuple burkinabè pour les combats à venir dans les prochaines années. Et le Poé Naaba d’ajouter que c’est aussi le point de départ d’un contrat social entre le Mouvement et le peuple burkinabè pour le vivre-ensemble.

A la question de savoir si le MODEM et l’UPC reviendront encore ensemble, Justin Compaoré a tenu à faire la différence. « Je ne serai pas gêné de travailler avec quelqu’un de l’UPC, cela est différent de retourner à l’UPC », a-t-il clarifié. D’ailleurs, il dit ne pas être surpris de la nouvelle configuration de la classe politique burkinabé. Il a en outre indiqué qu’il avait déjà apprécié la nomination de Zéphirin Diabré en tant que ministre d’Etat, ministre auprès de la présidence du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. A l’en croire, Zéphirin Diabré a de la ressource et de la matière pour ce ministère, « mais il faudrait qu’il y ajoute d’autres valeurs intrinsèques pour pouvoir venir à bout de cette réconciliation », a suggéré le Poé Naaba.

Selon les conférenciers, la direction du MODEM est  en phase avec le programme du président Roch Marc Christian Kaboré qui est dans une logique d’unité nationale et de cohésion sociale.

Didèdoua Franck ZINGUE

 

Articles similaires

SOUM : des enseignants abandonnent les classes à cause de la menace sécuritaire

ActuBurkina

PRESSE : 80 journalistes tués en 2018 contre 65 en 2017, selon RSF

ActuBurkina

Présidentielle ivoirienne : Mamadou Koulibaly et Essy Amara appellent les électeurs à ne pas aller voter

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR