ActuBurkina
A l'etranger A la une Politique

112e Conférence internationale du Travail : les pays de l’AES partagent leurs expériences

(Genève, 10 juin 2024).Présents à Genève dans le cadre de la Conférence internationale du travail, les ministres en charge du travail des l’Alliance des Etats du Sahel et leurs délégations, ont eu une séance de travail.

Il s’agit de la ministre de l’Entreprenariat national, de l’Emploi et de la Formation professionnelle du Mali madame Aminata BAGAYOKO/ TRAORE, du ministre du Travail et de la Fonction publique et du Dialogue social du Mali monsieur Fassoum COULIBALY, de la ministre de la Fonction publique du Travail et de l’Emploi du Niger madame Aissatou ABDOULAYE TONDI, et du ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique du Travail et de la Protection sociale du Burkina Faso monsieur Bassolma BAZIE.

Les échanges ont porté sur des points et axes importants qui guident les actions des gouvernements du Mali, du Burkina Faso, et du Niger dans le domaine du travail et de l’emploi, pour parvenir au développement.
Les trois pays ont salué la collaboration entre leurs Etats et partagé ensemble les visions de leurs pays respectifs en matière de développement. « Au Mali aujourd’hui, nous avons trois principes fondamentaux qui guident l’action gouvernementale, c’est le respect de la souveraineté, le choix souverain du peuple et la défense des intérêts de la personne », a expliqué la ministre en charge de l’entreprenariat du Mali.
Il ajoute que pour la mise en œuvre de ces trois principes, son département travaille sur « la promotion de l’écosystème entrepreneurial, le renforcement des entreprises, le capital humain, notamment à travers la formation professionnelle ».

 


Le ministre Bassolma BAZIE a, quant à lui, rappelé l’importance et la qualité de l’unité qui existent entre les trois pays. « Nous avons intérêt à faire en sorte que le lien se renforce. Nous avons déjà montré au niveau international que nous sommes capables de nous assumer », a déclaré le ministre burkinabè.
Il est également revenu sur les axes autour desquels le Burkina Faso déroule son agenda. Il s’agit de la bataille pour la libération du territoire national et la consolidation de la sécurité, la gestion de la crise humanitaire, la refondation de l’Etat, et enfin la réconciliation et la cohésion sociale.
La séance de travail entre les délégations des pays de l’AES avait aussi pour but de « voir comment renforcer la coopération entre les différents centres de formations professionnelles en vue de consolider les acquis », a expliqué la ministre Aminata BAGAYOKO/ TRAORE du Mali.
Elle a saisi l’occasion pour inviter ses homologues du Burkina Faso et du Niger, à la 4e édition du salon de l’ingénierie, de la transparence et de l’apprentissage qui aura lieu au mois de juillet à Bamako.

DCRP/MAECR-BE

Articles similaires

Fédération burkinabè de football : Lazare Banssé exige des explications sur des marchés exécutés

ActuBurkina

FONY: UN FESTIVAL POUR PROMOUVOIR LA CULTURE BURKINABÈ À NEW YORK

ActuBurkina

JOURNEES PARLEMENTAIRES DU CDP : les députés de l’ex-parti au pouvoir sollicitent les bénédictions du Mogho Naaba

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR