A la une Politique

SOMMET DE PAU : des Ouagavillois se prononcent

Initialement prévue pour le 16 décembre 2019, c’est finalement ce  13 janvier 2020 que se  tient le sommet de Pau, en France, initié par le président français, Emmanuel Macron. Nous avons tendu nos micros à des citoyens de la ville de Ouagadougou pour savoir ce qu’ils pensent de la tenue de cette rencontre. Voici leurs réactions !

Sonméli Yonli, étudiant en Lettres modernes à l’Université Ouaga1 Joseph Ki Zerbo

«C’est une honte qu’un seul président convoque cinq autres»

« Pour cette rencontre, je souhaite seulement que des décisions fortes puissent  y sortir. A mon sens,  cette rencontre devrait se tenir mais pas en France. Parce que le sujet débattu concerne d’abord les Africains. Et c’est même une honte qu’un seul président convoque cinq autres. J’appelle l’ensemble de la société  burkinabè et surtout les étudiants, à prendre leurs responsabilités. Et à prendre un engagement ferme pour le bien être de la population ».

Benjamin Balima, consultant

«Nos chefs d’Etat auront-ils le courage de parler franchement ?»

« Le tout est de savoir dans quel  état d’esprit nos chefs d’Etat se sont  rendus à Pau. Auront-ils le courage de parler franchement car c’est cela l’essentiel ? Ces présidents du G5 Sahel représentent des nations entières par conséquent,  doivent parler au nom de ces nations- là. Mais pas à titre personnel. Le mieux aurait été qu’ils prennent le pool de leurs populations avant d’y aller. Ils ont été élus par leur peuple et c’est au nom de ce peuple qu’ils doivent tout faire. C’est bien que ce sommet se tienne »

Salif Sawadogo, commerçant

« La clarification devait se faire ici »

« A mon avis, les présidents du G5 Sahel ne devraient pas faire le déplacement en France. Je pense que c’est plutôt le président français qui devait venir les rencontrer dans un de ces pays et non eux en France. Toute décision devrait être prise ici, sur le sol africain. La clarification devait se faire ici, en Afrique. Pour moi, la présence des troupes françaises sur nos sols constitue un grand bordel. Prenons le cas du Mali, on ne peut comprendre que les Français viennent s’installer dans un pays, le diviser en deux, et pire, donner une partie, notamment le Nord, aux terroristes. A quoi nous sert la présence des troupes françaises ? Finalement, on ne voit pas. Même le terrorisme dont on parle, c’est le fait de la France. Ils sont venus avec tous les armements, les drones et on ne peut pas comprendre qu’ils ne parviennent pas à neutraliser ces terroristes. C’est dire que quelque chose ne tourne pas rond. Si la France quitte nos territoires, vous verrez que  tous les terroristes seront anéantis. Pensez-vous que nous ne pouvons pas combattre les terroristes qui sont dans nos pays ? Nous pouvons bien le faire. A mon avis,  ce sont eux qui tuent nos populations. Il est vrai qu’ils ne  tirent sur les populations mais c’est eux  qui donnent les armes aux terroristes pour nous massacrer, donc ce sont  eux  qui nous tuent ».

Bassirou Sawadogo, gestionnaire d’un secrétariat public

« J’espère les lignes vont bouger enfin »

« Je pense que cette rencontre a tout son sens, elle est la bienvenue. Si les Etats du G5 Sahel ont constaté à un moment donné que l’aide de la France leur était inutile, ils ne devraient pas attendre d’être invités avant d’aller se prononcer. A mon avis et soyons sincères, cette présence française est très importante pour nous. Ceux qui s’agitent ont le plein droit mais qu’ils regardent la réalité en face. Ça ne va pas dans nos armées. En tout cas, j’attends beaucoup de ce sommet et j’espère les lignes vont bouger enfin, et cela dans le bon sens. Nous osons croire que des résolutions fortes seront prises pour le bien-être des populations du G5 Sahel qui souffrent le martyre du fait de l’hydre terroriste ».

CD

Articles similaires

BURKINA : le président du CAR, Hervé Ouattara, convoqué par la Haute cour de justice

ActuBurkina

ATTAQUE DE BOULIKESSI AU MALI: le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans » revendique

ActuBurkina

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 12 AVRIL 2017

ActuBurkina

Laisser un Commentaire