A la une Société

MALI: L’ancien président, le  Général Moussa Traoré,  est décédé à l’âge de 83 ans

L’ancien président de la République, le général Moussa Traoré, s’est éteint, ce mardi matin, à Bamako. Sa dernière apparition publique remonte à exactement deux semaines. L’homme qui a dirigé le Mali d’une main de fer durant 23 ans avait reçu à domicile les jeunes militaires qui ont mis fin au régime IBK.

«Je n’ai jamais désespéré de mon pays». Tels étaient les derniers mots du Général Moussa Traoré, interviewé par la télévision nationale après sa rencontre avec la nouvelle junte de Kati, «Selon mon expérience, vu les fonctions que j’ai occupées, je leur ai dit les erreurs commises, ce qu’il faut éviter», avait informé l’ancien président de la République, usant de ses dernières forces, le 31 août dernier, se tenant aux côtés du Colonel Assimi Goita.

Né le 25 septembre 1936 à Sébétou (Kayes), Moussa Traoré est un militaire. Fils d’ancien soldat, il apprend le métier de militaire à l’École des enfants de troupe de Kati avant de rejoindre l’école d’officiers de Fréjus en France en 1960. Nommé sous-lieutenant en 1961, Moussa Traoré brille par sa témérité. Rentré d’une mission de formation en Tanzanie, il devient instructeur à l’École militaire interarmes de Kati.

Le mardi 19 novembre 1968, il entame le cycle des ‘’mardis de putsch’’ au Mali, et renverse le président Modibo Keïta. Pendant près de 23 ans, il dirige le Mali d’une main de fer et peine à s’adapter au vent de la démocratie qui a soufflé sur le continent africain dans les années 90. Il sera lui-même victime d’un putsch le mardi 26 mars 1991.

Présenté comme un dictateur, Moussa Traoré avait été jugé puis emprisonné avant d’être libéré. Il s’était toujours montré assez préoccupé par la situation du pays et donnait des interviews au besoin pour “recadrer les choses”. Qualifié par IBK de « grand républicain » au grand dam des acteurs de l’avènement de la démocratie au Mali, le Général Moussa Traoré a définitivement déposé les armes ce mardi 15 septembre 2020.

Maliweb

Articles similaires

Burkina: le maintien du régiment de sécurité présidentielle passe mal

ActuBurkina

RDC : l’opposition dénie à la SADC le droit de demander le report des élections

ActuBurkina

ANGOLA : le fils de l’ex-président Dos Santos placé en détention provisoire

ActuBurkina

Laisser un Commentaire