A la une Société

IMPOTS ET DOMAINES : les agents réclament de meilleures conditions de travail

Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) observe, du 4 et 5 juin 2016, un sit-in sur le territoire national. Objectif : obtenir des autorités de meilleures conditions de travail.

Des chaises installées, des hangars dressés, des agents fortement mobilisés, bref, telle était l’ambiance dans l’enceinte de la Direction générale des impôts (DGI) dans la matinée de ce lundi 4 juillet 2016. La raison : les militants du SNAID observe, et ce jusqu’à demain 5 juillet, un sit-in pour exiger la satisfaction de leur plateforme revendicative remise à la DGI, en février dernier. Une plateforme qui comporte essentiellement 3 axes. Un des problèmes majeurs est la question des locaux. Selon le secrétaire général du SNAID, Nongo Grégoire Traoré, leurs conditions de travail sont désastreuses. « Les agents n’ont pas de moyens conséquents pour mener à bien leur travail. A titre d’exemple, il y a des services de plus de 40 agents depuis plus de trois mois qui n’ont pas de locaux pour travailler parce que les bâtiments menacent de s’écrouler. C’est le cas ici à Ouagadougou. A Fada, ce sont des toilettes qui ont été rénovées pour les agents de la caisse afin qu’ils puissent recevoir les contribuables qui viennent payer leurs impôts. A Manga, ils (NDLR : les agents des impôts) sont dans une rizerie. A Pouytenga, ils travaillent dans une cafeteria au milieu du marché. La question de locaux préoccupe aujourd’hui les travailleurs des impôts », a-t-il confié. Et de poursuivre que la plupart des agents des impôts travaillent sous des bâtiments pourris que des particuliers ont loué à l’Etat et qui constituent un danger pour eux. Toute chose qu’ils ne peuvent accepter. Le deuxième point évoqué est la question de carburant octroyé aux agents. A entendre le SG, les agents des impôts sont des hommes de terrain et pourtant : « depuis janvier jusqu’aujourd’hui, nombreux sont les travailleurs qui n’ont pas reçu de carburant de sortie. Ils travaillent avec leurs propres moyens…», a déclaré M. Traoré qui n’a pas manqué de dénoncer certains de leurs avantages financiers restés jusque-là impayés, notamment leurs primes de rendement du 4è trimestre 2015 qui, jusque-là sont restés impayés. Autre point de leur plateforme revendicative, leur plan de carrières. « Il y a un plan de carrières au sein de la DGI que le directeur général des impôts n’applique pas. Il affecte les agents selon son propre gré. Et les autorités réservent un mépris aux travailleurs parce qu’ils ne veulent pas discuter dans le fond avec eux. Nous ne pouvons pas accepter cet état de fait », a-t-il déploré. En tout cas, le SNAID dit être sur le terrain pour « une fiscalité juste et démocratique » et si rien n’est fait, il mènera des actions plus « énergiques ».

Alou DJABOUGA
(Stagiaire)

Articles similaires

Abidjan: les habitants s’organisent pour venir en aide aux sinistrés

ActuBurkina

BURKINA : des remises de peines accordées à plus de 600 détenus

ActuBurkina

ASSASSINAT DU GRAND IMAM DE DJIBO : « uni et solidaire, notre peuple triomphera des forces du mal » (président du Faso)

ActuBurkina

Laisser un Commentaire