A la une religion

DECRET PORTANT CREATION DE L’ONAFAR : une décision saluée par l’ATR/DI 

L’Association pour la tolérance religieuse et le dialogue interreligieux (ATR/DI) a initié, ce 20 août 2020, à Ouagadougou, une rencontre avec des chefs coutumiers issus des aires socio-ethniques du pays en vue de leur expliquer l’importance de l’adoption, le 6 août dernier,  du décret portant création, composition, attributions et fonctionnement de l’Observatoire national des faits religieux (ONAFAR). La cérémonie d’ouverture de la rencontre a été présidée par le président de l’ATR/DI, Issaka Sourwema.

La décision du gouvernement de mettre en place un Observatoire national des faits religieux (ONAFAR) qui prend en compte la religion traditionnelle,  est vivement  saluée par l’ATR/DI qui, selon sa vice-présidente  Fatou Somé/Sow, menait des actions de plaidoyer depuis 2018 afin que la religion traditionnelle soit considérée en fait et en droit par l’Etat et les autres faitières religieuses comme une religion à part entière. Pour la vice-présidente, la signature en cours du décret véhicule un « message de justice et d’équité vis-à-vis du système de croyance de nos ascendants ou de certains de nos contemporains ». « Cet acte revêt une importance qui n’est pas du tout discutable dans la mesure où l’ONAFAR a entre autres pour attributions de travailler à résoudre le problème interreligieux ou intra religieux qui se pose sur l’ensemble du territoire national. Or, jusque-là, il n’y avait pas de représentants des Religions traditionnelles africaines (RTA). Donc faire cela aujourd’hui participe d’une part à un travail inclusif au profit de la cohésion sociale et d’autre part, cela permet aux différentes régions du pays de s’interpénétrer, de s’intégrer davantage », a laissé entendre le président de l’ATR/DI, Issaka Sourwema.

De l’avis de Mme Somé, une chose est de prendre un texte, et une autre est d’œuvrer à le rendre effectif. « A ce propos, le concours de tous est nécessaire », a-t-elle déclaré. C’est pourquoi, à l’en croire,  l’ATR/DI a  donc décidé de jouer sa partition en dépit des contraintes matérielles et financières qu’elle connait. La rencontre   avec des chefs coutumiers issus des aires socio-ethniques du pays vise entre autres à présenter l’ATR/DI,  à  expliquer l’importance de l’adoption du décret aux chefs coutumiers, à renforcer les capacités des participants autour des expressions religion traditionnelle, chefferie traditionnelle, chefferie coutumière à travers une présentation  en rapport avec le judaïsme, le christianisme et l’islam, à  synthétiser les attentes des participants et en faire des thèmes de plaidoyer mais aussi à nouer des relations de partenariat pérennes avec les chefs coutumiers. Cette rencontre, selon le président,  devrait être sanctionnée par une déclaration dans laquelle l’ensemble des préoccupations sera énumérée.

Colette DRABO

Articles similaires

SITUATION NATIONALE : le 6 octobre décrété journée de prière et de jeûne par les autorités coutumières et religieuses

ActuBurkina

SUSPENSION DU DIALOGUE GOUVERNEMENT/SYNDICATS: le gouvernement appelle à la reprise des négociations

ActuBurkina

PROCES DE L’INSURRECTION POPULAIRE : l’audience suspendue en attendant le verdict du Conseil constitutionnel

ActuBurkina

Laisser un Commentaire