A la une Politique

34e JOURNEE MONDIALE DE L’HABITAT: message du ministre de l’Urbanisme et de l’habitat

Ceci est le message du ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, Dieudonné Maurice Bonanet à l’occasion de la 34e Journée mondiale de l’habitat.

« En ce jour du lundi 07 octobre 2019, la communauté internationale célèbre la 34ème Journée Mondiale de l’Habitat, placée sous le thème « « les technologies de pointe, un outil innovant pour transformer les déchets en richesse ».

L’Assemblée générale des Nations Unies, dans sa résolution 40/202 du 17 décembre 1985, a désigné le premier lundi d’octobre de chaque année comme la « Journée mondiale de l’habitat ». L’objectif de cette journée est de réfléchir sur l’état de nos villes et le droit fondamental de tous à un logement décent. Elle est également destinée à rappeler à tous, notre responsabilité de  façonner  l’avenir des villes et villages.

Le programme des nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), à travers ce thème invite la communauté internationale à se saisir des opportunités qu’offrent les technologies pour une meilleure valorisation des déchets urbains.

Habitants des villes et des campagnes

En 2015, le nombre de personnes qui vivaient en ville était estimé à 4 milliards, soit 54 % de la population mondiale. Ce nombre devrait atteindre 5 milliards d’ici à 2030. Cette évolution de la population urbaine n’est pas sans effet sur les activités humaines et économiques, et par conséquent sur la consommation qui génère de déchets de toute nature.

Selon le rapport de la Banque Mondiale intitulé What a Waste 2.0: A Global Snapshot of Solid Waste Management to 2050, la quantité de déchets produits chaque année dans le monde devrait augmenter à 3,4 milliards de tonnes au cours des trois prochaines décennies, contre 2,01 milliards en 2016. L’Afrique subsaharienne a généré en 2016, 174 millions de tonnes de déchets avec un taux de 0,46 kilogramme par habitant et par jour, et d’ici à 2050, sa production de déchets sera multipliée par 3.

What a Waste 2.0 souligne l’importance cruciale de la gestion des déchets ménagers pour un développement urbain durable, sain et inclusif, et met en évidence que ce secteur est pourtant souvent négligé, en particulier dans les pays à faible revenu. Alors que dans les pays à revenu élevé, plus d’un tiers des ordures sont recyclées ou compostées, les pays à faible revenu ne recyclent que 4 % des déchets.

C’est une préoccupation majeure pour la communauté internationale en ce sens que la mauvaise gestion des déchets constitue une menace pour la qualité de l’environnement, la santé publique et le cadre de vie de la population.

C’est pourquoi, bien que le thème de la 33ème journée mondiale de l’habitat ait porté sur « la gestion des déchets solides municipaux », la 34ème journée poursuit la transformation des déchets (solides municipaux, industriels,…) en richesse.

Le thème de cette 34ème journée interpelle également les différents acteurs tant nationaux que locaux à promouvoir l’économie circulaire qui est un modèle économique fonctionnant en boucle et réutilisant de façon systématique les déchets générés, en effet, les produits sont conçus et optimisés pour être réutilisés et recyclés. Comme le dit la maxime attribuée à Antoine Lavoisier « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »

Habitants des villes et des campagnes

L’Agenda 2030 pour le développement durable, en particulier les objectifs de développement durable ainsi que l’Accord de Paris et le Nouvel agenda urbain, considèrent la gestion des déchets comme une question urgente et critique pour assurer la prospérité future et la durabilité de notre planète.

Aussi, le plan stratégique d’ONU-Habitat 2020-2023 met l’accent sur la gestion durable des déchets qui contribuera à termes au renforcement de quatre (04) domaines de changement, (i) réduction de l’inégalité spatiale et de la pauvreté, (ii) renforcement de la prospérité partagée, (iii) amélioration de l’environnement urbain et de la lutte contre le changement climatique, (iv) prévention et réponses efficaces aux crises urbaines.

La gestion des déchets apparaît capitale pour l’atteinte du développement urbain durable. Elle pose en effet de grands défis à relever aux villes du monde entier mais, elle offre par ailleurs de réelles opportunités en termes d’emplois locaux pérenne, de réduction de la pauvreté, de préservation de l’environnement et de contribution significative à la diminution des déchets grâce au recyclage.

Habitants des villes et des campagnes,

Au Burkina Faso et en particulier dans les deux grandes villes du pays notamment Bobo-Dioulasso et Ouagadougou, plusieurs initiatives de valorisation des déchets urbains sont entreprises par les mairies, les associations, les groupements d’intérêts économiques,  les organismes non-gouvernementale, les entreprises privés, etc. cependant, une bonne partie de ces déchets urbains demeure encore inexploitée. On constate également que les déchets qui ont fait l’objet de transformation en produits (table, bancs, pavés, chaises, …), sont méconnus des populations. A cela, il faudrait ajouter l’absence de synergie d’actions des différents acteurs intervenant dans la gestion des déchets urbains.

Aussi, avec cette urbanisation rapide que connait le pays ou la population urbaine croit deux fois plus vite que la population nationale, le volume de déchets continuera d’augmenter, ce qui entrainera des nuisances importantes pour les habitants et dont les conséquences néfastes sur la santé des populations, sur l’environnement et sur les ressources naturelles ne sont plus à démontrer.

La gestion adéquate des déchets, par l’entremise de la réduction, la réutilisation, le recyclage et le compostage des déchets, l’incinération ou leur élimination dans des décharges, est fondamentale pour des villes durables.

Habitants des villes et des campagnes,

La gestion des déchets urbains est un problème universel qui concerne chaque habitant. J’en appelle à l’implication de tous. Il est indispensable que nous travaillions (i) à la professionnalisation de la filière de gestion des déchets; (ii) à l’élaboration et à la mise en œuvre des schémas directeurs de gestion des déchets urbains impliquant tous les acteurs dans toutes les communes urbaines du pays et (iii) à une prise de conscience et à un engagement plus accrus des populations.

La mise en place d’une gestion intégrée des déchets (qui tient compte de la valorisation) est une nécessité absolue si nous voulons atteindre les objectifs de développement durable ».

Ouagadougou, le 07 Octobre 2019

Maurice Dieudonné BONANET

Officier de l’Ordre National

Articles similaires

BURKINA : les travailleurs de la recherche crient à l’injustice

ActuBurkina

19e ANNIVERSAIRE DE L’ASSASSINAT DE NORBERT ZONGO: ce que prévoient la CODMPP et la CCVC

ActuBurkina

PDS/METBA : 82 militants de Djibo rejoignent le navire MPP

ActuBurkina

Laisser un Commentaire