ActuBurkina
Société

XENOPHOBIE EN AFRIQUE DU SUD: Plus de 300 personnes arrêtées selon l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au Burkina

1994 ; 2015 ; cela fait 21 ans que l’Afrique du Sud a retrouvé sa liberté après plusieurs années de lutte contre l’apartheid. Ces 21 années de liberté ont été célébrées le 29 avril dernier à Laïco hôtel par l’ambassadeur de l’Afrique du Sud au Burkina sous le thème « Célébration du début de la troisième décennie de notre liberté à travers l’accélération d’une transformation économique profonde ». Le diplomate sud-africain a mis l’occasion à profit pour condamner les récents évènements de violences et de pillages qui se sont produits dans son pays. Il confie que le gouvernement de Jacob Zuma met tout en œuvre pour que les auteurs répondent de leurs actes. « Au jours d’aujourd’hui 300 personnes suspectées ont été arrêtées » en veut-il pour preuve.

Il vous souviendra que récemment, des actes ignobles de violences et de pillages se sont déroulés au pays de Nelson Mandela. Les Sud-africains qui se sont adonnés à ces actes accusaient les étrangers d’être à l’origine de leur chômage et pour cela leur ont demandé de rentrer dans leur pays. On rappelle que ces actes ont fait des morts et de nombreux dégâts. Le 29 avril dernier à Ouagadougou, à l’occasion de la célébration des 21 ans de liberté de l’Afrique du Sud, l’ambassadeur Sud-africain au Burkina Faso, Gangumzi Tsengiwe a condamné ces actes qui n’honorent pas le peuple du pays de l’Arc-en-ciel. « Aucun degré de frustration et de colère ne saurait justifier ces attaques. En tant que Nation, nous ne saurons oublier l’hospitalité qui nous avait été offerte par nos compatriotes africains pendant la lutte de libération » s’est exprimé le diplomate sud-africain qui rassure que le gouvernement de Jacob Zuma est en train de tout mettre en œuvre pour que les coupables soient punis à la hauteur de leur forfait. A ce jour, confie -t-il, plus de 300 personnes suspectées de mener ces actes ont été arrêtées et la situation est en train de se normaliser. Venant à la célébration de la liberté de l’Afrique du Sud, Gangumzi Tsengiwe a indiqué que 21 ans après, ils rendent toujours hommage à la constitution progressive et inclusive du pays y compris la déclaration des droits. La construction d’une société unie, démocratique et sans distinction de race et de sexe et la contribution pour la construction d’une Afrique et d’un monde meilleur, tels sont les objectifs que les Sud-Africains se sont fixés sous le leadership du président Mandela en 1994 selon le diplomate. Il fait savoir que sur la base des fondements que Madiba a posés, des améliorations significatives ont été enregistrées mais « nous reconnaissons qu’il reste toujours beaucoup à faire afin de débarrasser le pays du fléau de la pauvreté, des inégalités et du chômage ». Aussi ajoute le diplomate sud-africain, « en marquant nos 21 années de liberté, nous célébrons également le rôle que notre pays a joué sur le plan international ». Sur ce plan, il s’est réjoui de la perspective de pouvoir réaliser le potentiel qui existe entre son pays et le Burkina Faso. « L’Afrique du Sud voudra réaffirmer son soutien au peuple et au gouvernement du Burkina Faso en cette période de la transition et au-delà de cette période. Nous devons nous appuyer sur l’amitié que nous partageons et tirer le meilleur parti des opportunités pour le développement future de nos relations politiques, économiques et sociales » a souhaité le diplomate sud-Africain avant de demander à ses invités de lever les verres pour célébrer les 21 ans de démocratie en Afrique du Sud.

Articles similaires

PROJET GRAND OUAGA : environ 1 135 milliards de F CFA pour sa réalisation

ActuBurkina

Tueries de Karma: Le Faso Autrement  » s’insurge contre une telle barbarie »

ActuBurkina

BURKINA CENTRE-NORD: deux engins explosifs improvisés découverts grâce à des civils

ActuBurkina

Laisser un Commentaire

ACTUBURKINA

GRATUIT
VOIR